"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

dimanche 30 octobre 2016

Pancakes aux flocons d'avoine

 Un peu de distraction : je croyais la brigade déjà partie au Québec et voilà des pancakes pour un délicieux petit déjeuner...  Je vous les propose tout de même, ce serait dommage de gâcher !

Ingrédients pour une dizaine de pancakes :

150 g de flocons d’avoine - 120 g de farine - 300 ml de lait - 1 sachet de levure chimique - 1 sachet de sucre vanillé (ou 1/2 cuillère à café de cannelle ou 1/2 cuillère à café de noix de muscade) - 2 œufs

Préparation

Versez dans un saladier les flocons d’avoine, le sachet de levure, la farine et le sucre vanillé. Mélangez.

Dans un second saladier, battez les œufs en omelette et ajoutez le lait. Versez cette préparation dans la préparation sèche et remuez. La consistance doit être assez épaisse (plus épaisse qu’une pâte à crêpes).

En déposer une petite louche dans une poêle à blinis ou plusieurs louches dans une poêle normale anti-adhésive.

Au bout d’environ 2 minutes, de petites bulles se forment à la surface. Il est temps de retourner vos pancakes, retournez et laissez cuire 1 à 2 minutes supplémentaires (cuire maxi 5 minutes en tout)

Procédez ainsi jusqu’à épuisement de la pâte et servez tout chaud.

Pour découvrir les autres préparations de Syl  et sa  brigade : chez  Asphodèle, Sandrion, Louise,  Syl, Hilde et Marion.







samedi 29 octobre 2016

Une autre saison comme le printemps de Pierre Pelot

Lecture en partenariat avec Babelio et les Editions Héloïse d'Ormesson : un grand merci!

Le résumé de l'éditeur :

Devenu un auteur à succès aux États-Unis, où il vit désormais, François Dorall revient en France pour participer à un festival de polar, à Metz. Une nuit, lorsque Elisa, une amie d’enfance, le supplie de retrouver son fils de 9 ans qui a été kidnappé, il a soudain l’étrange impression d’être plongé dans l’un de ses livres. N’est-il pas spécialiste des disparitions mystérieuses ? Dorall hésite, mais ne lui doit-il pas cela ? Le romancier se mue en enquêteur. Et pendant ce temps-là, un petit garçon se dirige vers le Sud en compagnie d’un homme qu’il appelle papa.

Avis : 

A l'occasion d'un festival littéraire, l'écrivain François Dorall quitte sa retraite américaine pour quelques jours : un interlude qui lui permet d'échapper pour quelques temps à un triste anniversaire.  

Entre deux séances de dédicaces, Dorall retrouve une amie d'enfance dont le fils a disparu : elle aimerait qu'à l'image de son héros de papier, Dorall retrouve son petit garçon de neuf ans.  Une demande présentée de manière un peu cavalière, pour ne pas dire musclée…

Bien à contrecœur, Dorall cède à la pression et entame des recherches qui vont le mener à travers la France.  Il n'est pas au bout de ses surprises…


A mi-chemin entre le roman noir et le fantastique, Pierre Pelotnous entraîne dans une curieuse enquête : à la recherche du petit Nathaniel, François Dorall oscille entre le passé et le présent.  Il revoit les souvenirs heureux d'un voyage ancien, revit des visites délicates à un ami, traque les fugitifs, passe en revue les instants du couple qu'il forme avec Syane, son épouse...  

Ce n'est pas tant Nathaniel et son ravisseur qu'il traque, que sa propre histoire et les raisons qui le poussent à fuir la maison familiale à un moment sensible.  Le récit se déroule, oscillant entre réalité et fantasme, dans une progression un peu anarchique. Un texte attachant, autour du deuil et du poids de l'absence.

jeudi 27 octobre 2016

Les étranges soeurs Wilcox de Fabrice Colin


La présentation de l'éditeur 

Londres 1888. Qui sont ces deux orphelines qui s'aventurent la nuit dans les rues mal famées? Ignorent-elles qu'on peut y rencontrer Jack L'Éventreur? Que des créatures plus terrifiantes encore, goules et vampires, s'y livrent une lutte sans merci? Mais Amber et Luna Wilcox ne sont pas des jeunes filles comme les autres. Sous leur frêle apparence se cache un terrible secret. C'est pour cela qu'elles ont été choisies. Par qui? Impossible d'en dire plus. Sinon que la survie de l'Empire britannique repose désormais sur les très étranges sœurs Wilcox...

Avis 

Fabrice Colin nous emmène à Londres à l'époque victorienne : deux jeunes filles, Amber et Luna Wilcox se réveillent terrorisées, enterrées, sans rien comprendre à la situation.  Réussissant à se sortir de ce mauvais pas, elles cherchent à retrouver leur famille mais leur demeure n'est plus que ruines.  Et leurs parents ont disparu... 

Amber et Luna trouveront du secours auprès de Sherlock Holmes et du Docteur Watson qui leur font découvrir des facettes de Londres qu'elles ignoraient.  Leur vie semble désormais bien différente de ce qu'elle était...  Ils leur présentent également une société secrète qui œuvre pour Sa Majesté et souhaite s'adjoindre leur aide.  Peu à peu, les deux jeunes filles entrevoient leur nouvelle nature et les événements qui les ont menées là. 

Pour avoir une chance de retrouver les leurs, les voilà contraintes de prendre part à l'aventure et de s'opposer aux Drakull : sans le savoir, elles s'apprêtent à parcourir le monde pour avoir une chance de remporter la victoire.

Luna et Amber sont fort différentes mais également très complémentaires.  Profondément marquées par leur transformation, elles restent néanmoins fort humaines et sensibles, elles auront plus d'une fois l'occasion d'en faire la démonstration.  Autour d'elles, de remarquables personnages secondaires, pleins de charme et de ressources.

Avec Les étranges soeurs Wilcox, Fabrice Colin signe une série jeunesse passionnante, fruit d'une imagination foisonnante.  Rien ne manque :   de l'aventure, du frisson, des décors extraordinaires, des personnages de romans classiques dans les rôles secondaires...  D'un tome à l'autre, le suspense et la vivacité demeurent : le récit est vraiment captivant et la suite se fait désirer.  Une série jeunesse très réussie !



lundi 24 octobre 2016

Mary Reilly de Valerie Martin

La présentation de l'éditeur :

Angleterre, fin du XIXe siècle. Rescapée d'une enfance terrible, durant laquelle elle fut martyrisée par son père, Mary Reilly est aujourd'hui servante dans une respectable demeure victorienne.

Le maître de maison est médecin, c'est le docteur Jekyll. Les qualités humaines de la jeune femme, ses attentions et son ouverture d'esprit la font remarquer. Touché par sa loyauté, Jekyll lui accorde peu à peu sa confiance. Le comportement parfois étrange du maître de maison n'échappe pas à Mary. L'arrivée d'un mystérieux assistant, Mr Hyde, ne fait que perturber la relation privilégiée entre Mary et son maître.

Avec Hyde, Mary se trouve tout à coup confrontée à la violence, à la fascination qu'il engendre malgré tout. Elle voit resurgir des peurs qu'elle pensait enfouies à tout jamais. Chaque jour un peu plus, elle approche le terrible secret du docteur Jekyll, prisonnière d'un sentiment plus fort que la raison, au péril de sa vie. 

Avis 

Mary Reilly est femme de chambre dans la maison du docteur Henry Jekyll.  Ayant souffert d'une enfance malheureuse, la jeune femme apprécie le confort et la sécurité que lui confère cette place.  Profondément attachée à son maître, elle effectue son travail avec sérieux et entrain. 

Même si cela ne convient pas à sa fonction, elle aime également échanger avec le docteur Jekyll qui a noté son bon sens et son éducation: à l'occasion, il s'en remet à elle pour quelques missions de confiance.

Pourtant depuis quelques temps, l'atmosphère de la maisonnée a changé et Mary, en fine observatrice, se retrouve confrontée, à travers la personne du jeune Mr Hyde, à la violence qui a marqué son enfance...

Les carnets de Mary Reilly offrent un regard neuf et original sur l'affaire Jekyll/Hyde : la jeune femme de chambre nous propose un portrait hors du commun du docteur Jekyll et de son assistant.  De par sa fonction, elle s'attache au quotidien, vu de la cuisine en quelque sorte et nous en dévoile les coulisses.  Les repas, l'entretien du foyer, le jardin, ...  

Ces détails sont inattendus mais ils permettent une vision intéressante de la vie d'une maison victorienne et du travail du personnel de maison.  En marge, les observations de Mary livrent également un passionnant portrait du docteur : maître attentionné, scientifique négligeant sa santé, ami fidèle... 

Tous ces petits faits racontés par Mary, dans son journal, donne au foyer du docteur Jekyll une allure des plus normales: il s'agit, semble-t-il, d'une demeure parmi tant d'autres où les principaux soucis tournent autour du repas et de la propreté des sols.  

Pourtant, les apparences peuvent être trompeuses.  Tandis que les pages tournent, sous la plume de la jeune servante, le drame couve : Valerie Martin le dévoile par petites touches savantes, à travers la vigilance de Mary.  Insidieusement, le mal se propage à l'image du brouillard londonien, très présent dans le roman et un brin maléfique.  Sous ce nouvel éclairage, la réalité prend lentement un aspect dramatique.  Une réécriture passionnante du classique de R.L. Stevenson.


Une LC dans le cadre du Challenge Halloween avec Lou, Pedro Pan Rabbit

La main de la nuit de Susan Hill

La présentation de l'éditeur :

« C’est alors que je sentis une petite main se glisser dans ma main droite, comme si un enfant s’était matérialisé à côté de moi dans l’obscurité pour s’en saisir. Elle était fraîche et ses doigts se replièrent avec confiance dans ma paume. Nous restâmes ainsi pendant un moment, ma main d’homme serrant la toute petite main. Mais l’enfant était invisible… »

Adam Snow, un libraire de livres anciens se perd dans la campagne anglaise et se retrouve dans le jardin d’une propriété qui semble abandonnée. Là, il ressent cette présence, menaçante…

Roman fantastique, histoire de fantômes… Un conte dans la veine de La Dame en noir, un classique de la littérature anglaise.

Avis :

Libraire spécialisé en ouvrages rares et anciens, Adam Snow travaille à la commande et ne dispose pas d'une boutique à lui.  Il se rend plutôt chez ses clients et sillonne le monde à la recherche de trésors inédits.  Un héros que tout amateur de livres se plaît à suivre...

C'est ainsi qu'au lieu de le ramener à Londres, une de ses recherches l'égare dans la campagne anglaise et le mène face à une propriété à l'abandon : désireux de se renseigner sur la route à suivre, Adam pénètre dans le jardin.  Il éprouve alors la sensation d'une main d'enfant dans la sienne, une étrange expérience. 

Intrigué, Adam se renseigne un peu sur cette maison abandonnée et ses habitants mais tout à son travail, il oublie bien vite l'impression curieuse qu'il avait ressentie.  Pourtant, de loin en loin, une présence cherche à s'imposer à lui.

Dans ce roman assez court, Susan Hill joue sur l'atmosphère et agace ainsi, comme dans La dame en noir, les nerfs du lecteur.  La tension va crescendo au gré des voyages professionnels d'Adam Snow : le libraire visite des endroits superbes, ses recherches font rêver. 

Pourtant, subtilement, les descriptions des lieux et des personnages ralentissent l'intrigue et lui confèrent une inertie morose : le héros semble englué dans un quotidien plombé, ruminant sans cesse à propos de cette mystérieuse main. 

L'ambiance est poisseuse, voire glauque et le récit évoque une toile d'araignée dont serait prisonnier le pauvre Adam.  Le suspense est savamment distillé et l'ambiance, tout en s'assombrissant n'en reste pas moins fascinante.  Un roman qui vous fera frissonner délicieusement...

jeudi 20 octobre 2016

La pâtisserie Bliss de Kathryn Littlewood


Le résumé de l'éditeur 

La pâtisserie de la famille Bliss cache un très vieux secret: un ancien livre de recettes magiques. Alors que leurs parents s'absentent quelques jours, Rose et ses frères et sœurs se retrouvent seuls à tenir la boutique. Qu'à cela ne tienne, c'est le moment rêvé pour tenter quelques recettes très spéciales! 

Mais les muffins d'amour et les cookies de la vérité vont transformer la petite ville de Calamity Falls en véritable maison de fous… 

C'est le moment que choisit un étrange personnage pour faire son entrée : "Tante" Lily, aussi excentrique soit-elle, est là pour aider les enfants Bliss à tenir la boutique. À moins qu'elle ne cherche à s'emparer du Livre?

Avis 

Quand Céleste et Albert Bliss doivent se rendre à Humbleton, la ville voisine, pour y guérir une épidémie de grippe à l'aide de croissants aux amandes et de cheesecake à la citrouille, ils confient la pâtisserie familiale à leurs enfants : Oliver, Rose, Origan et Nini.

Ravis et en dépit de sages recommandations parentales, les jeunes Bliss tentent à leur tour les miraculeuses préparations maison et sèment la pagaille à Calamity Falls.  Leurs muffins de l'amour et leurs cookies de la vérité n'ont pas vraiment l'effet escompté...  Il leur faut donc réparer le plus discrètement possible leurs erreurs, avant le retour de leurs parents.  Une mission qui se complique un peu avec l'arrivée de Tante Lily dont ils ignorent tout et qui décide de s'installer à la maison Bliss en l'absence de Céleste et Albert.  Une bien étrange coïncidence...

En créant cette pâtisserie magique, Kathryn Littlewood imagine un univers charmant, tout en bonté et douceur. A l'image des magnifiques pâtisseries que prépare Céleste. Pourtant, la jeune Rose ne se sent pas à sa place dans cette famille d'exception et se voit comme le vilain petit canard.  La visite de Tante Lily tombe bien à point : elle semble si bien la comprendre... 

Rose est au centre de l'intrigue : à l'aube de l'adolescence, elle manque de confiance et cherche sa place.  C'est un personnage central émouvant et attachant.  Ses frères et sœur ne sont pas en reste, chacun avec sa spécialité : beauté et modestie pour Oliver, espièglerie pour Origan ou encore charme pour la petite Nini.  Des habitants un peu farfelus, après avoir goûté les préparations des enfants, viennent compléter le tableau de façon assez amusante.


Rythmé et divertissant, l'ensemble est vraiment sympathique et la fin est bâtie de manière à donner envie de découvrir la suite des aventures de Rose et de sa singulière famille.


mardi 18 octobre 2016

Witch hunter, tome 1 de Virginia Boecker

La présentation de l'éditeur : 

Une chasseuse de sorciers va devoir s’allier à ses proies pour affronter une menace inconnue…

Elizabeth Grey, seize ans, est une redoutable chasseuse de sorciers. Mais un jour, elle-même est arrêtée pour sorcellerie ! 

En prison, elle reçoit la visite de Nicholas Perevil, qu’elle traque depuis toujours. Il lui propose un étrange marché : si elle parvient à déjouer la malédiction qui pèse sur lui, elle sera libérée.

Au fil de ses macabres découvertes, tout ce qu’Elizabeth tenait pour évident est remis en question : le bien et le mal, les amis et les ennemis, l’amour et la haine… la vie et la mort !

Avis : 

Anglia, dans le courant du XVIe siècle, Elizabeth Grey est une chasseuse de sorciers : avec Caleb, son ami d'enfance, elle forme un duo redouté au service du roi Malcolm et occupe ainsi une place de choix à la cour.  Découverte en possession de plantes interdites, Elizabeth est pourtant traitée sans ménagement et arrêtée pour sorcellerie : elle sera condamnée à mort sans autre forme de procès.

Dans sa cellule, en attente de son exécution, Elizabeth est contactée par Nicholas Perevil, un sorcier puissant qui a besoin de son aide : en échange, il l'aidera à s'échapper.  Pensant réussir à le capturer et à récupérer sa place de chasseuse, la jeune fille accepte et la voilà, rejoignant les forces rebelles, cachant à ses nouveaux alliés sa véritable nature.

Bien décidée à honorer la promesse faite à Nicholas Perevil, Elizabeth revit les jours qui l'ont conduite à devenir une chasseuse de sorciers et découvre d'un oeil nouveau le petit groupe d'opposants qu'elle doit aider: peu à peu, ses certitudes s'affaiblissent et dans son esprit, la frontière entre le bien et le mal devient floue... 

Dans ce premier tome de Witch Hunter, Virginia Boecker nous emmène dans un univers riche et dense : elle y oppose sorciers et humains dans un face à face implacable.  Dans ce monde moyenâgeux et obscur, la jeune Elizabeth doit trouver sa place véritable, quitte à remettre en cause tout ce en quoi elle croyait.  A travers son regard, les rôles s'inversent et il lui faudra faire un choix.  Autour d'elle, deux univers s'affrontent, chacun mettant en scène quelques personnages secondaires soigneusement pensés : des caractères forts, dotés de dons appréciables.  Au lecteur également de faire pencher la balance.


Le point de vue d'Elizabeth passant de chausseuse à alliée des sorciers offre une vision intéressante : rien n'est tout blanc ou tout noir.  Ses aventures s'enchaînent sans effort, le rythme est soutenu et le suspense ne fait pas défaut: ce premier tome est vraiment réussi, reste à patienter un peu pour la suite...



dimanche 16 octobre 2016

Scones au butternut





En plein dans le challenge Halloween, je profite d'octobre et des potirons pour rééditer une recette de l'an dernier que nous avions beaucoup appréciée : des scones au cheddar et butternut.  Facile et délicieux !






Une recette en images d'Anne-Laure de Rue Rivard : 





Pour découvrir les autres préparations de Syl  et sa  brigade : chez  Asphodèle, Sandrion, Louise,  Syl, Hilde et Marion.


mercredi 12 octobre 2016

La nature de la bête de Louise Penny

Le résumé de l'éditeur 

Chaque jour, Laurent Lepage invente une catastrophe : des arbres qui marchent, un débarquement d’extraterrestres… Plus personne ne croit le garçon de neuf ans. Pas même Armand Gamache, qui a pris sa retraite à Three Pines. Cependant, quand l’enfant disparaît, il faut bien envisager que l’une de ses histoires soit vraie. Une traque effrénée et digne des plus grands romans d’espionnage se met en branle lorsque Gamache et ses anciens lieutenants de la SQ, Jean-Guy Beauvoir et Isabelle Lacoste, déterrent l’authentique canon géant de Gerald Bull, ingénieur en armement assassiné à Bruxelles il y a vingt-cinq ans. Un monstre est autrefois venu à Three Pines, il y a semé le malheur et ce dernier est de retour. En refusant de prêter foi à un enfant, l’ex-inspecteur-chef n’a-t-il pas joué un rôle funeste dans ce qui est arrivé ?

Avis :

Retraité de la Sûreté du Québec, Armand Gamache coule des jours tranquilles à Three Pines.  La vie y est simple, insouciante même.  Un calme bienvenu après ses précédentes aventures qui ont amené bien du changement au sein de la Sûreté.

Parmi ses amis de Three Pines, un jeune garçon, Laurent : l'exemple même du garçon qui criait au loup...  Aussi quand Laurent affirme avoir découvert un canon gigantesque dans les bois, personne ne le croit.  D'autant que l'enfant le prétend protégé par un monstre. 

Pourtant lorsque l'enfant trouve la mort dans un accident, il n'en faut pas davantage pour éveiller la sagacité de l'ancien inspecteur-chef et le voilà, en compagnie de ses compagnons de toujours Jean-Guy Beauvoir et Isabelle Lacoste, à la recherche de ce mythique canon.

Une enquête qui trouve ses racines à une époque lointaine et qui, sans le vouloir, va réveiller les monstres du passé.

La nature de la bête est la onzième aventure d'Armand Gamache : la vie paisible de Three Pines est bouleversée par cette nouvelle enquête qui oppose la noirceur du monde à la placidité du petit village.  Espionnage, meurtres en série, guerre, lâcheté... tels sont les éléments qui se déchaînent et dévoilent la face obscure des protagonistes.  Avec la découverte de Laurent, le mal est révélé et les recherches s'avèrent complexes, à l'image de la nature humaine et de ses secrets. 

En marge de l'intrigue, finement ciselée, nous retrouvons la galerie des personnages qui fait le succès et le charme de la série, tant du côté des enquêteurs que des villageois : l'accent est mis ici sur la psychologie et les émotions bien plus que sur l'action.  Le récit a un petit côté intime, à l'image du village de Three Pines, oublié des cartes routières et du reste du monde.  L'ensemble est charmant, un peu nostalgique, même pour une intrigue policière et prendre le chemin de Three Pines présage de bons moments, peu importe la laideur qui sera révélée à la fin.

mardi 11 octobre 2016

Nous avons toujours vécu au château de Shirley Jackson


La présentation de l'éditeur 

"Je m'appelle Mary Katherine Blackwood. J'ai dix-huit ans, et je vis avec ma sœur, Constance. J'ai souvent pensé qu'avec un peu de chance, j'aurais pu naître loup-garou, car à ma main droite comme à la gauche, l'index est aussi long que le majeur, mais j'ai dû me contenter de ce que j'avais. Je n'aime pas me laver, je n'aime pas les chiens, et je n'aime pas le bruit. J'aime bien ma sœur Constance, et Richard Plantegenêt, et l'amanite phalloïde, le champignon qu'on appelle le calice de la mort. Tous les autres membres de ma famille sont décédés."

Avis :

Merricat, de son véritable nom Mary Katherine Blackwood, et sa sœur Constance vivent isolées, en dehors du village.  Elles veillent sur leur vieil oncle Julan, qui semble avoir perdu la tête.  Elles ont peu de contact avec le monde extérieur et seule Merricat accepte de sortir de la maison pour les indispensables courses.  Ses incursions en ville sont soigneusement planifiées, ritualisées même.

Leur famille a été victime d'un drame il y a quelques années et depuis lors, les soupçons pèsent sur les jeunes filles, les tenant éloignées de toute vie sociale.

C'est par la voix de Merricat que nous découvrons le quotidien oppressant de la famille Blackwood : l'atmosphère qui se dégage de son récit est pesante, ambiguë même.  Les rituels gouvernent leur vie, tout est soigneusement réglementé pour tenir le malheur et les intrus hors de la maison.  Lorsqu'un lointain cousin se présente, la tension monte, insidieusement.  La confession de Merricat se pare de noirceur et face aux autres personnages, prend des airs de folie.

Tout au long du roman, des questions apparaissent : peut-on se fier aux dires de Merricat ?  Est-elle folle ?  Est-elle seulement vivante ?  Que s'est-il vraiment passé il y a six ans ?  Autant d'interrogations qui entretiennent l'ambiance délicieusement malsaine qui règne sur ce témoignage et créent un récit subtil à mi-chemin entre le rêve et le cauchemar.


dimanche 9 octobre 2016

Red velvet cake


Nous sommes en octobre et Halloween approche: des festivités familiales m'obligent pourtant à délaisser le chaudron de sorcière; barbouille aux commandes pour un velvet cake.  
D'autres préparations diaboliques au menu de la brigade !

Ingrédients


300 gr de sucre – 250 gr de farine – 240 ml de lait + 1 CAS de vinaigre blanc ou jus de citron (Pour le lait aigre)- 120 gr de beurre mou – 20 gr de cacao en poudre non sucré – 2 gros œufs – 1 sachet de levure chimique – 1 C à café de bon arôme vanille – 1/2 C à café de sel fin – Colorant rouge en gel

Pour le glaçage :
460 gr de fromage frais type St Moret – 180 ml de crème liquide entière – 120 gr de sucre glace très fluide 

Préparation

– Préchauffer le four à 175°c et poser la grille au centre du four.
– Graisser 2 moules de environ 23 cm de diamètre.
– Mélanger le jus de citron ou le vinaigre dans le lait.
– Poser un cercle de papier de cuisson dans le fond de chaque moule.
– Mélanger la farine, la levure, le sel et le cacao dans un saladier et mettre de côté.
– Battre au fouet électrique le beurre mou et le sucre pour obtenir un mélange pâle et léger.
– Ajouter les œufs un à la fois. Bien battre entre chaque œuf.
– Ajouter l’extrait de vanille.
- Ajouter le colorant au mélange beurre/œuf et bien mélanger.
– Commencer à incorporer petit à petit le mélange farine-cacao-levure en alternant avec le lait aigre dans le saladier de beurre battu avec le sucre. Commencer et finir avec la farine.

– Rapidement diviser la pâte dans les deux moules préparés à l’avance.
– Lisser le dessus et enfourner environ 25 à 30 minutes.
– Un pic à brochette inséré dedans doit ressortir propre.
– Laisser refroidir dans le moule pendant 10 minutes.
– Poser une grille sur le gâteau et retourner le gâteau dessus.
– Laisser complètement refroidir avant de couvrir de film et de réfrigérer au moins 1 heure et au mieux toute la nuit.

Pour la décoration

– Battre le fromage et le sucre aux fouets à blancs d’œufs lentement pour que ce soit lisse et crémeux, ne pas le liquéfier.
– Ajouter ensuite la crème entière liquide très froide et battre jusqu’à obtenir une texture épaisse mais crémeuse qui pourra être assez épaisse pour garnir et couvrir le gâteau.
– Arrêter de battre sitôt la texture épaissie.
– Vous pouvez ajuster la texture si nécessaire. Pour épaissir ajouter du sucre, pour assouplir un peu de crème. 
– Trancher les 2 gâteaux froids dans l’épaisseur et garnir de glaçage en empilant au fur et à mesure. 
– Réfrigérer 10 minutes puis enduire du reste du glaçage.



Pour découvrir les autres préparations de Syl  et sa  brigade : chez  Asphodèle, Sandrion, Louise,  Syl, Hilde et Marion.

mardi 4 octobre 2016

Sorcière malgré elle de Méropée Malo

Lecture en partenariat avec Book en Stock et les  Editions Castelmore : un grand merci pour cette découverte.


Le résumé de l'éditeur : 

Pour Assia, une nouvelle vie  commence ! 

Assia, dix-neuf ans et bac en poche, rentre chez elle après des années en pension. Mais il n’y a personne pour l’attendre et elle apprend que toute sa famille est morte. La voilà seule au monde…

La jeune fille découvre alors qu’elle est l’héritière d’une lignée de sorcières. Elle va devoir apprendre à manier ses nouveaux pouvoirs avec pour unique professeur un vieux grimoire, puisque sa mère n’est plus là.

Assia n’est pas du genre à se laisser abattre : elle surmontera toutes les épreuves et éclaircira les circonstances qui ont mené à la mort des siens, parole de sorcière !

Avis : 

Quand la jeune Assia rentre chez elle après avoir terminé ses études, elle se fait une joie de revoir sa famille mais surtout d'obtenir une réponse à ses questions : pourquoi sa mère l'a-t-elle envoyée étudier si loin et surtout pourquoi ces huit années de silence ?  La petite fille qu'elle était a caché son chagrin et son incompréhension mais le temps passant, la voilà devenue une jeune femme qui veut savoir.

C'est pourtant une maison vide qui l'attend et une dure réalité : sa famille est morte et elle doit maintenant faire seule face à l'existence et à ses questions qui demeureront sans réponse.  Parant au plus pressé, Assia cherche un travail, négocie une bourse pour reprendre des études...  

Autour d'elle, peu de souvenirs.  Juste quelques amis de sa famille dont elle ne se souvient pas.  Trouvant peu à peu ses marques dans une grande maison vide, la jeune fille doit rapidement affronter une étrange réalité : comme sa mère et sa tante avant elle, elle possède des pouvoirs de sorcière.  Une nouvelle difficile à gérer en étant seule au monde et en devant apprendre sans guide.


D'entrée de jeu, j'étais, comme Assia rentrant à la maison, un peu sceptique et remplie de doutes : un silence de huit ans, pas de nouvelles, comment ignorer ainsi le décès de sa famille, ne garder aucun souvenir de son enfance...  

Pourtant, en poursuivant ma lecture, j'ai trouvé des réponses et découvert un roman de fantasy assez sympathique : une héroïne dynamique et décidée, une vision moderne de l'univers des sorcières, des personnages secondaires joliment croqués, une bonne dose de tension et de nombreuses questions qui donnent juste envie de découvrir le tome 2 !







Dup et Phooka organisent en ce moment le mois de Méropée Malo : critiques, interview, inédits, ... sont à découvrir sur le blog !

dimanche 2 octobre 2016

Velouté de butternut

Pour bien entamer octobre et le challenge Halloween qui l'accompagne, rien de tel qu'une bonne soupe de saison !


Ingrédients :

1 grosse courge butternut - 1 oignon - 1 cube de bouillon de volaille - 2 cuillères à soupe de crème fraîche - 2 cuillères à soupe d’huile  - Du sel & du poivre; de la noix de muscade râpée



Préparation


  1. Laver, éplucher et couper le butternut en gros cubes.
  2. Couper grossièrement l’oignon.
  3. Faire revenir l’oignon et le butternut dans un fait-tout avec un fond d’huile. Remuer régulièrement. Une fois que les légumes sont bien revenus, émietter un cube de bouillon au-dessus.
  4. Bien remuer pour laisser les légumes s’imprégner du bouillon.
  5. Recouvrir d’eau bouillante, juste au-dessus des légumes.
  6. Laisser cuire jusque que le butternut soit cuit.
  7. Dans un blender ou à l’aide d’un mixer plongeant, mixer le potage en prélevant un peu de bouillon pour ne pas avoir un velouté trop liquide. Ajouter la crème fraîche. Saler et poivrer.Ajouter un soupçon de noix de muscade.

Pour découvrir les autres préparations de Syl  et sa  brigade : chez  Asphodèle, Sandrion, Louise,  Syl, Hilde et Marion.


samedi 1 octobre 2016

En octobre sur Bookenstock...



Pour tout le mois, Dup et Phooka reçoivent  Méropée Malo qui se prête au jeu des questions des blogueurs.  Tout est prêt : texte de présentation, questions-réponses, critiques,...  sont déjà disponibles !




Le rendez-vous est ici, j'espère vous y retrouver autour sa série L'héritière des Raeven.

Challenge Halloween 2016

Revoilà octobre et son tant attendu Challenge Halloween : cette année, il sera british et nous emmènera au Royaume Uni et en Irlande.  Rendez-vous du 1er octobre au 1er novembre 2016: thé et whisky bienvenus !
Hilde et Lou nous ont préparé un programme infernal, les participations se font au choix : 

-> Chroniques de vos lectures (classiques gothiques; romans d'épouvante; essais sur Halloween ou toute créature de type vampire, fantôme, sorcière, diable; albums jeunesse, BD sur ces thématiques)

-> Films & Séries d'épouvante ou sur la thématique sans nécessairement faire peur

-> Essais culinaires (yeux mimosa, soupe à la citrouille, biscuits fantomatiques, bonbons horrifiques, tant que ça reste comestible...)

-> Bricolage, scrapbooking d'Halloween, écrits personnels ; vos décorations, vos déguisements ; et enfin, pourquoi ne pas nous livrer un texte court de circonstance (imaginaire ou qui sait, peut-être pas...).

-> Exposition, photos: une exposition de citrouilles, des photos de votre escapade dans un cimetière, des décos repérées lors de vos déambulations nocturnes...

Pour rejoindre la vaillante troupe, les inscriptions se font ici ou .

A très bientôt et happy halloween !