"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

jeudi 30 janvier 2014

Le roi noir de Versailles de Jean-Michel Riou

Lecture en partenariat :  Un grand merci aux éditions J'ai lu pour cette excellente découverte !

La présentation de l'éditeur

«Le roi le veut.» Et la volonté d'une seule âme happe des milliers d'autres, célèbres ou anonymes, architectes, manœuvres, maçons, doreurs, fontainiers... Tous travaillent à l'élévation du «Palais de toutes les promesses», le château de Louis XIV, ce fascinant Versailles.


Mais dans cette ville en pleine éclosion, deux clans se déchirent. Au sud de la route de Paris, les Pontgallet, tenus d'une main de fer par Marguerite. Au nord, les Toussaint Delaforge et leur clique corrompue... Pourquoi tant d'affrontements, de batailles et de violences entre eux ? Quel secret nourrit chaque jour la vengeance qui les anime ? Et qui triomphera sur les terres du Roi ?

Avis :

Pavillon de chasse de Louis XIII, Versailles est au centre de la saga Versailles, le palais de toutes les promesses.  Ce roman en est le second tome : Louis XIV est attaché au château de son père, chargé de souvenirs personnels et en fait un gigantesque chantier.  Pour satisfaire le roi, les moyens ne manquent pas et tout est à repenser : l'enjeu et les travaux sont de taille !

Dans les coulisses, les guerres d'influence se déchaînent et les ouvriers en font souvent les frais; par-delà les Pontgallet, des artisans honnêtes, et les hommes de Toussaint Delaforge, engrangeant l'argent facile en profitant des ouvriers, qui s'affrontent ici, la machine entière semble gangrenée.  Dans l'entourage du souverain, nombreux sont ceux qui ferment les yeux ou acceptent de "petites" compromissions. 

Différents niveaux de lecture sont présentés à travers les personnages : certains appartenant aux ouvriers, d'autres occupant un rang plus élevé comme les architectes, tremblant en fonction du bon vouloir du Roi, ou de sa favorite, ...  De quoi éveiller chez le lecteur un intérêt et des émotions différents.  S'ajoute également un héros plutôt ambigu, difficile à cataloguer : Toussaint Delaforge, se distinguant par de bons et de mauvais côtés, marqué par une enfance malheureuse et des actes détestables.  Un méchant que l'on prend plaisir à suivre !

Dans un style fluide et évocateur, ce roman nous donne une vision inhabituelle de l'Histoire, en marge des fastes de la Cour. Ainsi, l'auteur nous décrit la construction du chantier, les exigences du roi, les jeux d'influence, la vie des ouvriers, ...   Le point de vue est différent mais reste passionnant. Dans ce récit trépidant et soigneusement documenté, l'auteur nous propose un plongeon  fascinant dans l'Histoire : il met en scène un univers dépoussiéré qui vous fera oublier les cours d'histoire ennuyeux.





mercredi 29 janvier 2014

En février sur Bookenstock...

En février, Book en Stock verra le retour de Thomas Geha, le premier invité des Mois de...   


Dup et Phooka ont tout prévu : chroniques, actualité, questions-réponses...






Le rendez-vous a lieu ici : j'espère vous y retrouver bientôt !

lundi 27 janvier 2014

Soupe au fenouil


Une petite recette, rapide et facile : indispensable après les fêtes...


Ingrédients :

2 bulbes de fenouil - 1,5 litre de bouillon - sel et poivre 

2 cuillères à soupe de crème épaisse allégée (pour les gourmands)


Préparation :

Lavez les fenouils et coupez les extrémités.
La tête dans les étoiles : 2/20

Coupez les fenouils en lamelles et mettez-les dans une casserole avec le bouillon.

Laissez cuire environ 40 minutes à partir de l'ébullition.

Mixez, salez et poivrez.

Ajoutez la crème, mélangez et servez immédiatement la soupe au fenouil.

Recette Complètement Toquée pour le Challenge Nos gourmandises avec Syl 2014

jeudi 23 janvier 2014

Histoire d'Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un) de Francis Dannemark


Le résumé de l'éditeur :

« J'ai rencontré ma tante en novembre 2001, le jour de l'enterrement de sa sœur. L'enterrement de ma mère, pour le dire autrement. Je savais qu'elle s'appelait Alice mais je ne la connaissais pas. Je connaissais encore moins l'histoire extravagante et fascinante de sa vie et de ses maris. Je ne lui ai pas demandé d'ouvrir la malle de ses souvenirs et de ses secrets ; elle l'a fait quand même. »


Quand Paul rencontre pour la première fois sa tante Alice, elle a soixante-treize ans. Elle est anglaise et veuve. De nombreuses fois veuve. Elle va lui raconter les joies et les peines de son incroyable existence aux quatre coins du monde. Et lui apprendre qu'amour peut rimer avec grâce et humour – même quand la vie est en larmes.


Avis 


Souvent dans les familles, les événements très heureux ou très tristes permettent de garder des liens parfois fort distendus : il en est ainsi, entre autres, des mariages et des enterrements.  La famille de Paul ne semble pas faire exception et c'est au décès de sa mère qu'il rencontre sa tante Alice : ayant quitté son Angleterre adoptive pour quelques temps, Alice a posé ses valises dans un hôtel bruxellois et a bien l'intention de faire connaissance avec son neveu.


Pour Paul, Alice évoque un prénom prononcé de loin en loin, un destin malheureux et des courriers du bout du monde...  Aujourd'hui, surpris mais ravi, il découvre : une étrangère avec un accent anglais qui avait les mêmes grands yeux clairs que ma mère.

Quelques rendez-vous, confortables et gourmands, vont leur permettre de se découvrir véritablement : Alice livrera donc à Paul l'étrange destin, souvent capricieux, qui l'a menée à travers le monde, au fil de ses mariages.  Racontant ses amours et ses peines, la vieille dame partage une leçon de vie, tout en charme et en fantaisie, même dans les moments les plus pénibles.

Déjà conquise par La véritable vie amoureuse de mes amies en cemoment précis, j'avais très envie de découvrir ce titre, présenté de manière bien tentante chez Syl et chez  Paikanne.  D'autant que ma famille compte une tante Alice,  un personnage que j'imaginais bien cadrer avec ce roman. 


Ayant succombé à la tentation, je suis ravie : Alice est un personnage charmant, passionnant à suivre.  Malmenée par la vie, elle opte pour le bon côté des choses et fait face de manière résolue aux caprices de l'existence.  Maggie, sa belle-mère, est son bon génie, lui montrant le chemin de l'optimisme et de la lumière.  A travers la vie d'Alice et ses mariages, ce roman constitue une petite parenthèse de douceur, enjouée et tendre, que je recommande à mon tour !




mercredi 22 janvier 2014

La Femme d'un homme d'A.S.A Harrison



Lecture en partenariat dans le cadre de l'opération Masse Critique: un grand merci à Babelio et aux Editions Le Livre de Poche.

La présentation de l'éditeur :

JUSQU’OÙ IRA-T-ELLE POUR ÊTRE LA SEULE FEMME DE SON HOMME ?

Elle c’est Jodi. Lui c’est Todd. Elle est une femme d’intérieur idéale et une psy de renom. Il a le charisme et la gloire de ceux qui réussissent. Elle l’aime aveuglément. Il la trompe allégrement. Elle et lui forment le couple parfait, en surface. Mais les apparences peuvent-elles longtemps rester trompeuses ?

Thriller psychologique à la Gillian Flynn (Les Apparences), La Femme d’un homme a connu un succès phénoménal aux États-Unis. D’origine canadienne, A.S.A. Harrison n’aura malheureusement pas savouré son succès, décédée quelques semaines avant la parution de son premier roman. La Femme d’un homme est en passe d’être publié dans le monde entier.

Avis :

Jodi et Todd : un couple à qui tout réussit.  Elle est psy, ayant opté pour un horaire souple, afin de se consacrer à son couple.  Lui a une société immobilière et des projets plein la tête.  La joie de vivre qui le caractérise ne s'exprime pas qu'au travail.  Ainsi, il apprécie volontiers la compagnie, tarifée ou non de jeunes femmes.

Jodi préfère fermer les yeux sur les aventures de Todd, le croyant très attaché à leur foyer : leur couple est une histoire sérieuse, cimentée par les ans et l'affection mutuelle.

Pourtant suite à une relation plus ou moins longue avec Natasha, la fille d'un ami d'enfance, Todd se trouve contraint de choisir entre "ses" deux femmes.  Pour Jodi, il est temps de faire face.

Appréciant fortement les romans policiers et les thrillers, je pensais ce partenariat fait pour moi.  Pourtant, le roman refermé, je reste dubitative:  tout suspense en est absent et le récit m'a paru sans relief. A aucun moment, je n'ai ressenti tension, ni frisson; je décrirais plutôt ce roman comme la chronique de la mort, au propre comme au figuré, d'un couple.

Dès les premiers moments, la vie de Todd et Jodi m'est restée totalement étrangère : surfaite et aseptisée, manquant de crédibilité.  Les martini et la truite fumée ne m'ont vraiment pas tentée ! 

Quant aux personnages, qu'ils soient de premier plan ou secondaires, je n'ai éprouvé aucune empathie, ni sympathie  à leur égard.  Jodi est une femme froide et détachée : un quotidien bien rangé, un agenda tracé au cordeau,...  Peu de place pour la joie et la fantaisie.  Ainsi, elle ne semble entretenir des relations avec ses amies que lorsqu'elle se sent seule.  A l'opposé, Todd est un bon vivant mais veule, indécis : à aucun moment, il ne trouve le courage de se positionner face à Jodi ou à Natasha.  Les événements se déroulent, son univers se détricote et il se laisse conduire...  Empêtré jusqu'au cou dans les ennuis, tiraillé entre ces deux femmes, il envisage sans souci une conquête de plus !  En couple, tous deux semblent incapables de communiquer, juste capables de faire l'autruche...


C'est peut-être cette distance par rapport aux héros et à leur cadre de vie qui explique mon ressenti face à ce roman : j'ai trouvé le volet psychologique développé au détriment du suspense et de l'action.  Alternant le quotidien des conjoints, les chapitres décrivent les étapes de la séparation : sentiments, soucis matériels, réactions de l'entourage...  Quel que soit le volet abordé, le récit manque de piquant et reste, de la première à la dernière page, dangereusement apathique.  A l'image de Todd et Jodi face au naufrage de leur couple...




tous les livres sur Babelio.com

mardi 21 janvier 2014

40 jours d’automne de Philippe Milbergue


La présentation de l'éditeur :

Stelian et sa fille Lulia sont en France depuis peu. Ils arrivent de Roumanie – plus précisément des Carpates, le pays de Dracula. Pour Lulia, l’apprentissage de la langue française est un jeu (d’enfant) : l’école, les amis, les séries télé, tout concourt à lui rendre la tâche facile – même si elle garde un accent chantant qui charme son institutrice. Son père, lui, sort peu. Quand il arrive à prononcer trois mots en français, c’est un exploit. Mais il finira par apprivoiser cette nouvelle langue, grâce à sa passion pour la cuisine, mais aussi grâce à une accorderie – une association où chacun apporte son aide et son savoir, et où chacun a le droit de bénéficier de l’aide ou du savoir des autres, le tout sans échange financier. Un livre sur le partage, où l’on apprend aussi de merveilleuses recettes de cuisine.

Avis :


Installés récemment en France, Stelian et sa fille Lulia se font peu à peu à leur nouvel environnement. Si pour l'enfant, l'acclimatation est quasi naturelle, il n'en est pas de même pour son père : mal à l'aise avec le français, Stelian cherche à éviter les contacts.

Pourtant, un projet culinaire l'oblige à quitter la sécurité de son appartement pour les cuisines de l'école de Lulia et à côtoyer d'autres parents : cuisinier de métier, il rejoint un atelier où chacun partage ses recettes, une aubaine pour lui et une manière détournée de se familiariser avec la culture et la langue.

Autour d'un dessert qui semble délicieux, Philippe Milbergue nous propose un joli texte sur l'intégration et le partage; il met en avant des valeurs fondamentales, notamment à travers l'exemple de l'accorderie : cette association où chacun apporte ses compétences, sous forme de services.

Le mélange cuisine-parcours de Lulia et Stelian est original, il donne une connotation intéressante au récit et l'envie de découvrir davantage cette culture, par ses plats notamment.  Un roman très réussi, résolument optimiste, tout en restant réaliste, que je vous invite à découvrir, que vos motivations soient ou non gourmandes !

lundi 20 janvier 2014

A comme Association : Le regard brûlant des étoiles d'Erik L'Homme





Le résumé de l'éditeur :

C’est encore une fois l’heure des adieux, et, alors que Jasper assiste à l’enterrement du Sphinx, il fait la rencontre de Fulgence, le directeur de l’Association. Leur première confrontation ne laisse rien présager de bon : Fulgence semble déterminé à écraser le bureau de Paris pour de mystérieuses raisons que Jasper va s’employer à découvrir. Pour cela, il lui faudra réincarner son précieux Fafnir en corbeau, suivre les conseils d’Ombe, mais surtout compter sur d’improbables alliés alors qu’il affronte vampires, démons et anciens camarades de classe.

Parviendra-t-il à sauver l’Association et à découvrir le secret de ses origines ?

Avis 

Une page se tourne : voici venu le moment de l'affrontement final et des révélations !  Accessoirement pour Syl et moi le moment de se trouver une nouvelle série à lire en LC ^^

Mais revenons à Jasper et Ombe :  au fil des derniers tomes, de nombreuses questions ont surgi et il est temps pour Jasper d'obtenir des réponses, de découvrir le lien qui l'unit à Ombe, de comprendre qui il est vraiment.

Autour du cercueil du Sphinx, l'ambiance est tendue : entre l'antenne parisienne de l'Association et la direction, les relations sont difficiles, de nombreux non-dits planent.  Fulgence et ses hommes (ses MAD-labars) sont présents et Jasper contient difficilement sa colère, il rêve d'en découdre !  

Une réunion d'urgence s'impose pour Walter, Mademoiselle Rose et leurs agents : il est urgent de mettre au vert les agents stagiaires, les trolls de l'Ile aux Oiseaux leur serviront de nounous quelques jours, en pleine nature et en musique.  

Mais les règles du jeu sont faussées et les jeunes agents sont forcés de fuir, pourchassés par la MAD épaulée par des mages : même les trolls ne font pas le poids...

Au siège de l'Association, la défense s'organise pour le retour de Jasper et de ses compagnons : le combat final est proche !

C'est un vrai bonheur de retrouver Jasper, son humour et ses jeux de mots; pourtant, la série se termine et c'est avec un pincement au cœur que j'ai abordé cet ouvrage.  Néanmoins, l'action et la vitesse de ce dernier tome m'ont immédiatement empêchée  de me morfondre : autour de Jasper, les événements s'emballent et l'univers s'effondre.  Les coups pleuvent et les révélations aussi.  

Appréhendant sa véritable nature, Jasper fait face aux coups du sort et reste pareil à lui-même : téméraire et irrévérencieux.  Son duo avec Ombe est piquant et fort !  

Dans une farandole un peu folle se succèdent les Anormaux rencontrés précédemment, un cadavre disparu, des alliés inédits et totalement inattendus, ...  Le tout est animé, enjoué malgré la gravité du moment, sensible également !  

De peur d'être trop bavarde, je choisirai d'en rester là et de redire mon enthousiasme, intact après 8 tomes, pour cette série jeunesse : humour, action et intelligence la résument bien !

Au vu de la quatrième de couverture, je dirais que la mission confiée à Jasper: Découvrir qui il est vraiment et finir en beauté est pleinement remplie !  

Il me reste à aller lire l'avis de Syl, je l'imagine entre plaisir et mélancolie...

dimanche 19 janvier 2014

Crumble saumon-brocolis

La tête dans les étoiles : 1/20


Ingrédients :

2 pavés de saumon - 250 g de brocolis - 3 cuillères à soupe de crème fraîche - 1 échalote - ciboulette - sel et poivre

Pour la pâte à crumble : 

50 g de beurre - 50 g de chapelure - 30 g de parmesan - 70 g de farine





Préparation :

Faire cuire les brocolis dans de l'eau salée, les laisser légèrement croquants.

Pendant ce temps, mélanger la crème, l'échalote et la ciboulette. Réserver. 

Couper le saumon en cubes.

Couper le beurre en petits morceaux. Mélanger du bout des doigts avec la farine, la chapelure et le parmesan râpé afin d'obtenir une pâte sablée.

Dans un plat à gratin, mettre le saumon, les brocolis.  Épicer puis répartir le mélange crème-échalote-ciboulette.  Recouvrir le tout de pâte.

Mettre au four à 200°C (thermostat 7) pendant environ 15 minutes jusqu'à ce que le crumble soit bien doré.

Servir, au choix, en entrée ou en plat principal avec une salade verte, en doublant les quantités.

Challenge Nos gourmandises avec Syl 2014

Le retour des Gourmandises !






Les gourmandises de Syl fêteront bientôt leur deuxième anniversaire : pour l'occasion, notre hôtesse nous a concocté un nouveau logo, des catégories inédites, ...  




Chez Syl, fantaisie et bonne humeur sont bienvenues : me voici, la tête dans les étoiles !


Peu à peu, la brigade s'étoffe !  Cordon bleu ou cuisinière du dimanche, n'hésitez pas à nous rejoindre !

lundi 13 janvier 2014

Animale : La Malédiction de Boucle D'or de Victor Dixen

La présentation de l'éditeur

Et si le conte le plus innocent dissimulait l'histoire d'amour la plus terrifiante?

1832. Blonde, dix-sept ans, est cloîtrée depuis toujours dans un couvent perdu au milieu des bois. Pourquoi les sœurs l'obligent-elles à couvrir ses cheveux d'or et à cacher sa beauté troublante derrière des lunettes sombres? Qui sont ses parents, et que leur est-il arrivé? Alors qu'elle s'enfuit pour remonter le fil du passé, Blonde se découvre un versant obscur, une part animale : il y a au cœur de son histoire un terrible secret.


Une héroïne inoubliable, une traque haletante, un amour fou. De l'obscure forêt des Vosges aux rivages du Grand Nord et jusqu'aux caves du Vatican, Victor Dixen emporte le lecteur dans une vertigineuse aventure mêlant romantisme et fantastique.

Avis

Pour Blonde, l'univers se réduit au convent Sainte-Ursule où elle vit depuis sa plus tendre enfance : enfant abandonnée, elle a été recueillie par les religieuses et y coule une existence bien morne.  Sujette à des malaises, Blonde doit éviter le soleil, la lumière et porter en permanence de curieuses lunettes bleues; l'hiver semble également lui enlever toute énergie. Les jeunes filles de bonne famille la méprisent et les religieuses la considèrent comme un fardeau. 

Lorsqu'un soir un mystérieux  vieillard lui remet un dossier, Blonde suit avec intérêt l'histoire de Gabrielle de Brances, une jeune noble disparue des années plus tôt.  Un destin qui pourrait, à sa surprise, être lié au sien...

A la recherche de son passé, Blonde nous entraîne dans une aventure passionnante : elle cherche à découvrir qui sont ses parents et doit, tout en même temps, lutter contre son étrange constitution.  Au cours de son périple, elle devra affronter des ennemis acharnés mais pourra également compter sur de précieux soutiens, autant de sympathiques personnages secondaires.  Une intrigue bien ficelée, un récit riche et dense, des héros attachants, un dépaysement total, ...  autant de points forts à porter au crédit de ce roman jeunesse captivant.  En guise de conclusion : une petite pensée reconnaissante pour Dup et Phooka qui m'ont permis de gagner ce livre !

mercredi 8 janvier 2014

La vérité sur l'Affaire Harry Quebert de Joël Dicker

La présentation de l'éditeur :

À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois.

Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Sous ses airs de thriller à l’américaine, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l’Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.

Avis :

Auteur d'un premier roman à succès, Marcus Goldman est confiant : l'avenir s'ouvre devant lui, radieux et toute l'Amérique attend son prochain livre.  Peu à peu, le temps passe et impossible pour Marcus d'écrire une ligne ...  En désespoir de cause, le jeune homme se tourne vers son professeur et ami, Harry Quebert.  Célèbre depuis un roman écrit dans les années 70 et ayant publié de nombreux ouvrages à la suite, Harry vit seul et apporte volontiers son aide à son jeune poulain, l'hébergeant à Aurora, le temps que passe cette crise de l'écrivain.  Pourtant, rien n'y fait et Marcus regagne New York, toujours aussi angoissé.

Quelques jours plus tard, Marcus reçoit un appel inquiétant : un cadavre a été déterré dans la propriété d'Harry.  Il s'agirait d'une jeune fille de quinze ans, disparue depuis 30 ans et Harry aurait entretenu une relation amoureuse avec elle.  Soucieux de soutenir son ami, Marcus retourne à Aurora, bien décidé à mener l'enquête.  L'accueil qu'il y reçoit n'est pas celui auquel il s'attendait mais son éditeur y voit est enthousiaste : cette affaire est parfaite pour le nouveau livre de Marcus !

Tentée par les nombreux avis à propos de ce titre depuis sa sortie, je me suis laissée tenter et j'ai donc pu me forger une idée personnelle.  Ma conclusion : un roman plaisant, l'auteur y mêle intrigue policière  et  portrait de la société américaine, dans les années septante et de nos jours. Joël Dicker nous décrit ainsi l'humanité sous un jour pas très glorieux mais met également en lumière l'amour et l'amitié qui triomphent des années.   L'ensemble est captivant, les pages tournent tout seules et l'ouvrage est difficile à reposer une fois commencé... Je pourrais bien sûr relever quelques points faibles de ce jeune auteur mais je préfère garder en mémoire mon plaisir de lecture et l'intérêt suscité par cette intrigue !

lundi 6 janvier 2014

La réparation de Colombe Schneck


Lecture en partenariat :  Un grand merci aux éditions J'ai lu pour cette lecture !

La présentation de l'éditeur :

C'est l'histoire d'une petite fille, Salomé, disparue en 1943 à Auschwitz. L'histoire aussi d'une jeune femme qui, soixante ans plus tard, donne le même prénom à sa fille. L'histoire surtout de la puissance de la vie face à la disparition, de la joie et de l'élégance face à la barbarie. 

Dans La réparation, Colombe Schneck remonte le fil d'un passé familial pour constituer ce qui est, finalement, la seule vraie réparation : un héritage.

Avis 

Une naissance, un prénom donné à l'enfant sur les conseils d'une amie : Salomé.  Au hasard d'un rêve, Colombe Schneck se souvient que sa mère aujourd'hui décédée avait déjà évoqué ce prénom, celui d'une cousine disparue.  Effrayée par la fin de cette cousine éloignée, soucieuse d'éloigner la mort de son enfant, l'auteur décide de creuser l'histoire familiale et de mettre en lumière le destin de la "première" Salomé.

Les femmes de la famille avaient visiblement choisi de taire les événements familiaux survenus durant la seconde guerre mondiale.  Des parents éloignés, réfugiés en Israël ou aux Etats Unis, vont peu à peu lui dévoiler ce pan de son histoire, survenu en Lituanie, sa patrie d'origine.


Au fil de son enquête, Colombe Schneck sent peser le poids des secrets et doit elle-même affronter le choix qu'ont fait, des décennies plus tôt, ses tantes Raya et Macha...

Désireuse de réhabiliter la petite Salomé, Colombe Schneck entreprend de remonter le cours du temps, à la recherche de sa famille dans le ghetto de Kovno : une entreprise de taille !  

Ce récit familial sur fond historique est touchant, pour ne pas dire bouleversant : la question liée au secret de ses tantes est pour le moins interpellante, difficile de cesser d'y penser une fois cet ouvrage refermé !




samedi 4 janvier 2014

Histoire d'un couple de Yeon-Sik Hong


Lecture en partenariat dans le cadre de l'opération Masse Critique: un grand merci à Babelio et aux Editions Ego comme X.




La présentation de l'éditeur :

Yeon-Sik Hong, auteur de manhwas éducatifs, et son enthousiaste compagne So-Mi quittent Séoul et tentent d’effectuer un surprenant « retour à la terre » dans ce pays en ultra-développement qu’est la Corée du Sud… 

Bientôt locataires d’une maison isolée dans la montagne, avec trois chats, un chien et des poules, ils ont fort à faire pour subvenir à leurs besoins. De plus, Yeon-Sik aura bien du mal à assurer ses accaparants travaux de commandes, et parvenir à conduire le travail d’auteur, dont il rêve depuis des années… Rudes sont les hivers et terribles certaines angoisses, mais l’équilibre reviendra bientôt par l’observation de la nature, la cueillette et le travail du potager. 

Fort d’une grande variété de détails et d’un beau classicisme formel, cet attachant récit donne une certaine vision de l’auto-subsistance, de la jouissance que procure la vue de beaux paysages, et du réconfort qu’apportent les nuits au coin du poêle…

Avis

A la recherche d'un nouveau logement, Yeon-Sik Hong et So-Mi envisagent de quitter Séoul pour sa périphérie.  Leurs motivations: l'air pur, l'envie de voir les étoiles et l'idée de promenades autres que des tours de stade...  Lui est dessinateur de manhwas, elle cherche à boucler son premier livre, sans obligation de se rendre au bureau chaque jour.  

Ce projet leur semble donc tout à fait réalisable et leurs recherches les mènent un peu par hasard vers une petite maison perdue dans la montagne.  Aux beaux jours, les ballades et la proximité de la nature semblent bien tentatrices et le jeune couple prend rapidement sa décision. 

Le déménagement s'organise et l'auteur entreprend de nous livrer une année dans cette maison dans la montagne : dépaysement des citadins, lutte contre le froid, mise en place d'un potager, difficultés financières, ...  La vie est parfois rude mais les joies qui l'accompagnent semblent inestimables.  

L'ouvrage est de taille mais il se lit sans peine, au fil des mois que passe le couple au cœur de la nature; il est semé de joies et de doutes et se révèle d'une lecture savoureuse.  

L’histoire est simple, à l'image du quotidien, l'auteur ne cherchant pas à convaincre de la supériorité de tel ou tel autre mode de vie.  De la même manière, le dessin est dépouillé, laissant la part belle à la montagne et ses trésors.  Une jolie chronique, mêlant le bonheur et ses pépins dans une agréable harmonie !

tous les livres sur
Babelio.com
Un samedi par mois, c'est manga chez Miss Bouquinaix !


vendredi 3 janvier 2014

La radio des blogueurs : bonne année 2014 !

 
 


En ce début d'année, Leiloona nous invite à prolonger l'ambiance des fêtes, en musique : la radio des blogueurs est donc de retour ! 
 
La devise de Leiloona pour 2014 : Sachez garder en vous ce petit côté piquant et déluré, et dansez sous la pluie !
 
 



Voici donc ma contribution : Space Oddity de David Bowie, un titre remis au goût du jour par la BO de La vie rêvée de Walter Mitty, vu pendant ces vacances.  Le souvenir d'un bon moment, un joli mot d'ordre pour 2014 !

jeudi 2 janvier 2014

Tag : Blogueur convivial







Nouvelle année et bonnes résolutions obligent, je me suis mis en tête d'appliquer le "aussitôt dit, aussitôt fait".  Je vous épargne mes aventures "plombiesques" de ce matin et m'attaquerai plutôt au tag lancé par Mo' en ce début d'année : ayant à plusieurs reprises lâchement abandonné des tags quasi terminés en cours de route, je mets un point d'honneur à mener celui-ci d'un bout à l'autre.  

En cette période de bilans, Mo' a voulu mettre en lumière les blogueurs les plus prolixes de son blog et a inauguré, en se basant sur les commentaires, un tag attribué aux blogueurs les plus bavards.  J'en connais un qui aura du mal à croire que j'ai été identifiée ainsi...  


J'aime beaucoup cette notion de convivialité et d'échange chaleureux qui caractérisent également vos passages par ici.  Je peste d'ailleurs régulièrement contre le manque de temps qui m'empêche de répondre systématiquement à chacun d'entre vous.  Hop, une résolution de plus pour 2014 !   

C'est donc avec plaisir que je relaye ce tag et désigne, à mon tour, selon l'expression de Mo', les dix plus sympathiquement loquaces d’entre vous  : SylSybilleBénédicteJérômeManuNatioraPiploPaikanneArgali et Hilde.


Voici les règles auxquelles tu devras te plier :

1. Lorsque tu apprendras que tu as été désigné, te réjouir tu devras. Danser la gigue et arborer le logo de ce Tag sur ton blog tu feras.

2. Pour remercier celui qui t’a désigné, un petit texte tu rédigeras.

3. Puis, les 10 internautes les plus bavards sur ton blog tu nommeras.

4. Les prévenir (sur leur blog) de ton méfait tu devras.

5. Faire ce tag UNE SEULE FOIS tu pourras.


Déjà merci de cette nouvelle participation : au plaisir de retrouver, comme à l'habitude, votre sympathique entrain !


mercredi 1 janvier 2014

Bonne année !






Que les douze mois à venir soient faits de bonheur, de bonne santé, de lecture et d'amour…