"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

lundi 24 décembre 2012

Le moment est venu...


 
 
de faire une petite pause et de vous souhaiter un très heureux Noël.
 
Mêmes les cupcakes me rappellent à l'ordre ^^
 
Bonnes fêtes et à l'année prochaine !

mercredi 19 décembre 2012

Ma participation au Challenge Sourires










Cette année encore, Miss Chocorêve et Lalydo organisent un challenge générosité pour les fêtes : le challenge Sourires


Leur objectif : gâter les enfants hospitalisés au moment de Noël. 

En chiffres : offrir 100 cadeaux et récolter ainsi 100 sourires.

Leur partenaire : l'association Un cadeau pour la vie qui se chargera de distribuer les cadeaux obtenus.

Leur bilan : 89 sourires en 2011.  Un chiffre à dépasser pour 2012 !

J'ai décidé de suivre ce bon exemple et voici ma participation : un puzzle, un livre Monsieur/Madame et un jeu de société. 
Au final, bien peu de choses en regard du sourire d'un enfant... N'hésitez pas à en parler autour de vous !
 
 
 

mardi 18 décembre 2012

L'esprit de Noël

A l'approche des fêtes, Syl me proposait un tag sur l'esprit de Noël : il s'agissait de présenter son sapin et deux conseils en matière de lecture et de cinéma, correspondant à cette période si particulière de l'année.  J'y ai mis le temps mais voilà ma copie !

Mon sapin :





Depuis quelques temps, nous passons nos vacances de Noël en Espagne et au grand dam des enfants, nous avons renoncé à dresser un sapin à la maison...  J'ai donc opté pour une solution de rechange pour décorer notre lieu de vacances et y apporter l'esprit de Noël: un sapin en tissu que je dois à Véro les petites bobines.

Au fil du temps, nous y avons apporté d'autres décorations, comme la guirlande de moufles réalisées avec les enfants.  Si cela vous tente, la marche à suivre se trouve sur le blog de Dawanda.


Deux conseils lecture :



Incontournable pour découvrir les fêtes et l'ambiance de Noël dans une famille britannique !  Sans oublier une pointe de mystère et l'inimitable Hercule Poirot...
 







Dans un style fantaisiste et léger, l'histoire d'un couple qui décide de ne pas fêter Noël, en l'absence de leur fille, et qui doit faire face à son retour imprévu pour les fêtes...










Deux conseils cinéma :




 

Outre l'inévitable Love actually déjà cité par  Syl  et que je me promets de revoir cette année, je choisirais une comédie romantique et enneigée : The Holiday et un conte de Noël déjanté, Le Grinch pour les thèmes qu'il cache derrière la magie de Noël : le refus de la différence, la solitude, l'intolérance...






 A déguster sans modération avec une tranche de cougnou et un bol de chocolat chaud...







Ma réponse à Syl sur l'esprit de Noël

 
 
 
Un peu de teasing pour patienter le temps que je rédige...
 
 
 

vendredi 14 décembre 2012

Quelques nouvelles en vrac...





 Un concours chez Motif Personnel :




5 coussins sont à gagner : difficile de faire un choix entre ces frimousses MCPB... Tirage le 16 décembre, toutes les infos sont ici !


 
 
 
 Pour 2013, Dup et Phooka gardent les bonnes habitudes et vous donnent rendez-vous dès le 2 janvier pour le Mois de Thierry Brun.  L'année s'annonce passionnante sur Book en Stock
 
 

 
Un petit rappel pour le Challenge Sourires de Miss Chocorêve et de Lalydo.  Leur objectif : d’envoyer le plus de cadeaux possible à l’association Un Cadeau Pour La vie qui s’occupera de les redistribuer dans les hôpitaux aux enfants prématurés jusqu’aux grands de 18 ans pour en savoir plus, c'est ici ou encore ici !

mercredi 5 décembre 2012

Calendrier de l’Avent : des petites douceurs

Pour ma deuxième participation au Calendrier de l’Avent organisé par Marmotte, j'ai choisi de vous proposer une recette de biscuits. J'avais l'habitude d'en confectionner avec les enfants au moment des fêtes et nous les offrions lors de nos visites à Noël ou au Nouvel An. 
 
Pour trouver l'inspiration, nous avions l'embarras du choix dans le livre de friandises de Betty Bossi qui propose, en outre, quelques conseils pour réaliser de jolis emballages. 
 
Mon choix : les Milanais, une recette simple et modulable au goût de chacun.
Ingrédients : 250 g de beurre - 225 g de sucre - 1 pincée de sel - 3 œufs frais - 1citron non traité, seulement le zeste râpé - 500 g de farine - 1 jaune d’œuf frais, dilué avec 1 cc d' eau
 
Préparation :
 
Mettre le beurre ramollir dans une terrine.
 
Incorporer le sel et le sucre.
 
Incorporer les jaunes d’œuf un à un, continuer à remuer jusqu’à ce que la masse blanchisse.
 

Ajouter la farine et le zeste de citron, rassembler en pâte avec une spatule, aplatir légèrement, couvrir et mettre au frais au moins 2 heures.
 
Façonnage:
 
sortir la pâte du réfrigérateur env. 15 min avant de l’abaisser. Sur un peu de farine ou bien entre les parois d’un sachet plastique coupé, l’abaisser par portions, sur env. 8 mm d’épaisseur. Découper différentes formes à l’emporte-pièce, poser sur une plaque chemisée de papier à pâtisserie. Mettre au frais env. 15 min. Badigeonner au jaune d’oeuf. Avant la cuisson, rayer légèrement en biais la surface badigeonnée des biscuits avec une fourchette.
 
Cuisson:
 
env. 10 min au milieu du four préchauffé à 200 °C. Sortir du four, laisser refroidir sur une grille.
 
Préparation à l’avance:
 
cuire les milanais 1 à 2 semaines à l’avance, les conserver dans une boîte bien fermée.
 
Variantes:
 
Milanais avec sucre en grains: Préparer 1 portion de pâte à milanais et découper comme ci-dessus. Badigeonner avec l’oeuf entier, battu, au lieu du jaune d’oeuf, parsemer de sucre en grains. Cuisson: voir ci-dessus.
 
Milanais avec glaçage au citron: Préparer 1 portion de pâte à milanais et découper comme ci-dessus; ne pas badigeonner à l’oeuf. Cuisson: voir ci-dessus; sortir du four, glacer à chaud. Glaçage: bien remuer 150 g de sucre glace avec 2 c. à soupe de jus de citron et évent. 1/2 c. à soupe d’eau, pour obtenir un glaçage épais. Décor: parsemer à volonté le glaçage encore frais de billes argentées ou d’amandes effilées, grillées, laisser sécher.

 
 
Puisque nous parlons de gourmandise, je réserverai le mot de la fin aux habitants de nos jardins.  Le froid se fait sentir ces derniers jours et c'est le moment de penser à déposer quelques graines pour les oiseaux.  Vous ferez une bonne action et le spectacle est charmant !
 
Les 11 règles d'un bon nourrissage
Source : Natagora
     
1. Nourrissez uniquement pendant les grands froids ou les pluies incessantes
2. Disposez de la nourriture matin et soir
3. Changez l'eau des abreuvoirs régulièrement et n'y ajouter aucun additifs
4. Nettoyez régulièrement les mangeoires
5. Protéger les graines de l'humidité et de la pluie
6. Ne donnez pas d'aliments salés
7. Placez graines, mangeoire hors de portée des prédateurs
8. Surtout, n'arrêtez jamais en plein froid un nourrissage commencé, les oiseaux devenus dépendants seraient condamnés !
9. Offrez des aliments variés à plusieurs endroits
10. Ne donnez pas trop à la fois, la nourriture doit disparaître en quelques heures
11. Ne proposez jamais d'aliments moisis ou avariés
 
En vous souhaitant à tous de joyeuses fêtes !

Pour découvir d'autres participations à ce calendrier, rendez-vous chez Marmotte !










Dans le cadre du challenge Les livres gourmands de Syl

vendredi 30 novembre 2012

Les Héros de la vallée de Jonathan Stroud

Lecture en partenariat avec Livraddict et le Livre de Poche : un grand merci à tous deux pour cette lecture !

La présentation de l'éditeur :

Halli adore écouter les récits des temps anciens où la Vallée était un endroit dangereux. Il aime imaginer la nuit où son légendaire ancêtre Svein a combattu jusqu'à l'aube pour vaincre les Trâles sanguinaires. Maintenant, les Trâles ont disparu et les exploits de Svein appartiennent au passé. Quand une soirée entre grandes familles de la Vallée tourne mal et cause la mort de son oncle, Halli s'enflamme. À son tour de venger l'honneur des siens ! Il est temps de prouver qu'il est un digne descendant de Svein ! Mais on ne devient pas un héros de la Vallée parce qu'on le désire. Et le secret que Halli est sur le point de découvrir pourrait bien mener la Vallée toute entière à sa perte...

Avis :


Dans la Vallée, la maisonnée Sveinsson occupe une position en vue : elle a été fondée par Svein, l’un des douze héros fondateurs et s’apprête à célébrer le Rassemblement, accueillant le temps des festivités les autres familles de la Vallée.

Au sein de cette respectable famille Sveinsson, Halli est un enfant turbulent et indiscipliné.  De petite taille, son physique incite plus à la moquerie qu’au respect et Halli en souffre.   Bercé par les légendes ancestrales, le jeune garçon doute parfois de la véracité de ces contes et aimerait parfois remettre en cause les traditions.  Il se pense devenu un homme et entend bien prouver sa valeur : les terribles Trâles  n’ont qu’à bien se tenir !

Lorsqu’à l’occasion du Rassemblement, une vieille histoire d’honneur et de vengeance surgit du passé, Halli saute sur l’occasion et quitte tout, prêt à défendre vaillamment les couleurs de Svein.

Volontiers frondeur et déterminé, Halli fait fi de son apparence et de sa petite taille.  Il appartient à la famille de Svein et il est déterminé à le prouver aux yeux de tous.  Pour le soutenir dans sa quête, il pourra compter sur l’aide de la jeune Aud.  Aux  côtés de Halli, la jeune fille, héritière d’une famille cousine, fait preuve d’autant de caractère et ne recule devant rien face aux dangers.  D’autant que, dans la nuit, la menace des Trâles, avides de sang et de chair humaine, est toujours bien présente.  Légende ou réalité ? 

Voici donc les héros que Jonathan Stroud nous invite à suivre à travers la Vallée : deux caractères puissants et rebelles.    Aventures, humour, héroïsme  seront au menu de ce rendez-vous passionnant.  En marge des aventures de Halli, les croyances anciennes reprennent vie et donnent un écho fantastique et audacieux au récit.   L’auteur signe ainsi un roman épique teinté de sarcasmes et de légendes, un ensemble du plus bel effet !  Un tout grand merci à Livraddict et au Livre de Poche pour cette lecture bien agréable.



  Logo Livraddict

mercredi 28 novembre 2012

Premier chagrin d'Eva Kavian


Le résumé de l'éditeur :      Sophie s'apprête à faire son premier baby-sitting. Quelle surprise lorsqu'elle découvre que c'est une grand-mère et non une jeune maman qui a posé l'annonce. A partir de ce moment, rien ne se passe comme prévu, et la vie de Sophie va en être bouleversée.
 
Avis
 
Adolescente modèle et sans histoires, Sophie assume difficilement sa petite taille et le divorce de ses parents.  En ce moment, elle cherche à faire du baby-sitting, un moyen de s’affirmer et de se faire un peu d’argent de poche.  Lorsqu’elle se présente à son premier rendez-vous, elle rencontre Mouche, une grand-mère qui a grand besoin d’aide.  Voici pour Sophie une expérience qui va s’avérer riche en émotions et en responsabilités…
A travers la rencontre de Sophie et de Mouche, Eva Kavian nous invite dans l’entourage de la vieille dame et dans les inévitables querelles familiales.  Elle nous plonge dans une situation tristement réaliste, malheureusement fréquente et propose au lecteur d’en suivre les rebondissements.  Mouche est une vieille dame fantastique et indépendante.  Elle a vécu en femme libre,  déterminée, un choix que tous n’ont pas apprécié.  Aujourd’hui, elle aura bien besoin de Sophie et de son aide pour réaliser un projet qui lui tient beaucoup à cœur.  Au milieu de la maladie, des rancœurs, Sophie fait souffler un vent de fraîcheur, apportant ses idées et son dynamisme dans la vie de Mouche.
Sur un ton tendre et réaliste, Eva Kavian signe ici un roman fortement émouvant.  Difficile de ne pas se sentir concerné par ces pages qui nous rappellent à tous des souvenirs émus.  Le sujet n’est pas gai mais l’auteure se veut optimiste, positive et nous offre ainsi une très jolie lecture.

jeudi 22 novembre 2012

Contes à rebours de Nick Flynn


Lecture en partenariat dans le cadre de l'opération Masse Critique :
un grand merci à Babelio et aux Editions Gallimard.

La présentation de l'éditeur :

En 2007, confronté aux doutes et aux inquiétudes d’un homme qui attend la venue au monde de son premier enfant, Nick Flynn est frappé de plein fouet par la révélation des actes de torture et d’humiliation perpétrés par l’armée américaine dans la prison irakienne d’Abu Ghraib. Un jury lui a décerné, quelques mois plus tôt, un prix pour son livre Encore une nuit de merde dans une ville pourrie, jury qui a également récompensé un livre justifiant la torture. Comme pour se laver de cet affront, il se rend à Istanbul, rencontre et interviewe certaines victimes de ces actes infâmes.

Avis :


Profondément touché par l’affaire d’Abou Ghraib, Nick Flynn ne peut accepter la légitimation de la torture et sa banalisation.  Auteur reconnu, il décide de se pencher sur la question et choisit de rencontrer, en Irak, d’anciens prisonniers au cœur de ce scandale. 

En marge de cette quête, la vie de l’auteur est sur le point de changer : la naissance de son premier enfant est imminente et le conduit à s’interroger.  Il revient sur son passé familial douloureux, sur sa vie sentimentale, les métiers qu’il a exercés, …  le tout étant parfois lié.  Il envisage également son avenir, évoque ses craintes à cette époque charnière de sa vie.

Dans ce récit intimiste et chahuté, l’auteur mêle en vrac son indignation face à la torture et à l’injustice, son hérédité pesante, sa vie privée, …  L’ensemble est parfois difficile à suivre car l’auteur aborde, de manière anarchique, époques et événements.  Pourtant, le récit est plaisant à lire : les chapitres sont courts et le charme de l’auteur fait le reste.   

En suivant cet homme à la recherche d’un sens à sa vie et désireux  de remettre de l’ordre dans une existence un peu mouvementée, le lecteur est amené, lui aussi, à se poser des questions existentielles.  Il s’agit là d’une des grandes qualités de ce texte, malheureusement atténuée par sa construction chahutée.  Un bilan en demi-teinte donc au terme de cette lecture interpellante, pour laquelle je remercie Babelio et  les Editions Gallimard.




tous les livres sur Babelio.com

Tais-toi et meurs d'Alain Mabanckou

Lecture en partenariat avec Les agents littéraires et les Editions La Branche : un grand merci à tous deux pour cette découverte.


Le livre : Tais-toi et meurs, roman, d'Alain Mabanckou, éditions La Branche, 224 pages


Le pitch : Depuis un an et demi, Julien Makambo, Congolais fraîchement débarqué en France sous une fausse identité, est retenu à Fresnes en détention provisoire pour suspicion de meurtre. En prison, Julien tient un journal pour tenter de reconstituer le terrible enchaînement des faits qui l’ont conduit jusqu’à ce vendredi 13 sinistre, au cours duquel on l’accuse d’avoir assassiné une jeune femme...

Avis :


Dans cet excellent roman noir, Alain Mabanckou nous entraîne, en compagnie de Julien Makambo, son héros, au cœur de la communauté congolaise de Paris.  Fraîchement débarqué de Pointe-Noire, le jeune homme est pris en charge par Pedro, son « beau-frère », qui en fait rapidement son homme de main.  En deux temps trois mouvements, voilà Julien devenu José Montfort et partageant un appartement et le quotidien de quelques compatriotes.  Au menu : petites magouilles et  trafics louches en tout genre pour subsister.  C’est une véritable économie parallèle que l’auteur nous dépeint ainsi.


Du jour au lendemain, cette vie « paisible » bascule lorsque Julien/José, en mission pour Pedro, se retrouve mêlé à un assassinat et est présenté comme l’Ennemi Public numéro 1.


C’est le récit de son cheminement depuis son arrivée sur le territoire français que nous livre Julien qui, depuis la prison de Fresnes, entreprend de se raconter dans l’espoir de se racheter une conduite et d’expliquer son parcours à Fabrice, son compagnon de cellule.


Dans ces pages, sombres et cyniques, l’auteur nous décrit la vie de la communauté congolaise de Paris et les difficultés que ses membres rencontrent.  Outre le volet policier, il aborde également les difficultés à faire sa place dans la société française et à s’y installer durablement. Arrivés en France avec de faux papiers, ils se bâtissent une existence faite de logements insalubres, de manque d’agent, de travail illégal, …  Pour Julien/José, la rue du Paradis porte décidément bien mal son nom !


Il évoque également les relations et les préjugés qui existent entre Africains d’origine différente, l’occasion de quelques passages bien sentis, voire cocasses.  Sur le même ton, à travers ses personnages, l’auteur raille les Français et leurs costumes aux couleurs mornes.  Il présente en effet les Sapeurs, qui lient le respect à l’extravagance des vêtements qu’une personne porte.  Adepte de cette « Société des ambianceurs et personnes élégantes », Pedro est un pape à Paris et Julien n’hésite pas à suivre son exemple, adoptant complet voyants, Weston et chemises Yves-Saint-Laurent.  Son costume vert électrique lui vaudra d’ailleurs quelques déboires.


A travers le récit de Julien et le triste parcours qui le conduit inexorablement vers la prison, Alain Mabanckou signe un roman noir vivant et réaliste, avec l’espoir de réhabiliter son héros, de le présenter comme la victime inconsciente des machinations de Pedro. 

Un grand merci aux Agents Littéraires et aux Editions La Branche pour cette lecture captivante !

Et s’il fallait mettre une note, ce serait: 4/5

lundi 19 novembre 2012

Pour seul cortège de Laurent Gaudé


Lecture avec PriceMinister dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire : un grand merci pour ce livre !
 

La présentation de l'éditeur :

En plein banquet, à Babylone, au milieu de la musique et des rires, soudain Alexandre s’écroule, terrassé par la fièvre.
Ses généraux se pressent autour de lui, redoutant la fin mais préparant la suite, se disputant déjà l’héritage – et le privilège d’emporter sa dépouille.
 
Des confins de l’Inde, un étrange messager se hâte vers Babylone. Et d’un temple éloigné où elle s’est réfugiée pour se cacher du monde, on tire une jeune femme de sang royal : le destin l’appelle à nouveau auprès de l’homme qui a vaincu son père…
Le devoir et l’ambition, l’amour et la fidélité, le deuil et l’errance mènent les personnages vers l’ivresse d’une dernière chevauchée.
 
Porté par une écriture au souffle épique, Pour seul cortège les accompagne dans cet ultime voyage qui les affranchit de l’Histoire, leur ouvrant l’infini de la légende.

Avis :

Au milieu de la fête, en pleine gloire, Alexandre s’effondre. Parmi la foule des favoris, le pire est à craindre : Alexandre le Grand se meurt et sa succession s’annonce houleuse. Tandis que dans le palais, les intrigues se nouent, le grand conquérant mène une bataille difficile : vaincu par la fièvre, le roi peine à mourir. D’un bout à l’autre de l’empire, les voix se mêlent et commentent l’agonie d’Alexandre. Dryptéis, la veuve de son ami Héphaistion et Ericléops, envoyé en ambassade auprès des Navananda, prennent ainsi la parole et s’adressent tour à tour au défunt.

Dans un texte empreint de poésie et de majesté, Laurent Gaudé nous relate la mort d’Alexandre le Grand et les jours qui la suivent. Luttes d’influence, meurtres, attaque du cortège funèbre, trahisons en tout genre s’enchaînent sur la route vers la dernière demeure d’Alexandre.

Avec finesse, il nous décrit un empire sur le point d’éclater : son œuvre ne survivra pas à Alexandre, sa succession fait l’objet de luttes sanglantes. J’ai pris grand plaisir à suivre ce roman polyphonique à la beauté indéniable et je suis une fois encore tombée sous le charme de la plume de Laurent Gaudé, toujours aussi agréable à lire.

Un grand merci à PriceMinister, en la personne d'Oliver, pour cette lecture envoûtante à découvrir ici !

Ma note : 16/20

Apocalypsis, tome 1 : Cavalier Blanc : Alice d'Eli Esseriam


Lecture en partenariat avec Book en Stock et les Editions Matagot Nouvel Angle : un grand merci pour cette découverte.

La présentation de l'éditeur :

Ils sont quatre adolescents d’apparence ordinaire. Alice, Edo, Maximilian et Elias. Ils ne se ressemblent pas et n’ont, à première vue, rien en commun. Leurs vies vont pourtant s’entremêler d’étranges manières. Chacun va se découvrir un rôle dans ce cataclysme planétaire et apprendre à dominer son pouvoir unique. Ils vont devoir s’unir et sceller le Jugement Dernier. Ils sont les Cavaliers de l’Apocalypse.
Ils devront tuer, mais aussi épargner, maîtriser le sort des Hommes tout en se soumettant à leur propre destin. Seules 144 000 âmes pourront être sauvées. En ferez-vous partie ? Ou serez-vous un de leurs mystérieux opposants, déterminés et prêts à tout pour sauver le Monde ?

Avis :


Douée d’immenses capacités, la jeune Alice est une adolescente hors du commun.  Légèrement misanthrope, elle porte un regard dur et caustique sur ses camarades et son entourage.  Rares sont ceux qui trouvent grâce à ses yeux…  Alice est une solitaire.

 Depuis peu, elle développe d’étranges pouvoirs et semble pouvoir soumettre les autres à sa volonté ou encore les obliger à dire la vérité.  En plus de ces étonnantes capacités, elle entend maintenant une voix qui lui dévoile, peu à peu, son destin hors du commun.  Pour Alice, la vérité n’est pas facile à entendre et l’apprentissage ne se fait pas sans heurts.  Le prix à payer pour être une élue pourrait s’avérer très cher…

Voici un roman qui démarre fort : une héroïne sans pitié, sans concession, …  Elle n’épargne rien, ni personne : camarades de lycée, professeurs, parents, …    Pas même elle-même !  Sous la plume d’Eli Esseriam, le ton est vif, caustique.  L’humour est omniprésent, l’action également.  Les événements s'enchaînent, parfois difficiles à encaisser.

Le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer, il est juste dévoré par l’envie de tourner les pages un peu plus vite…  Dans le même ordre d’idées, la fin, en mettant l’héroïne en porte à faux,  pousse le lecteur ébahi à en redemander !

Avec Alice, un personnage principal qui n’attire pas d’emblée la sympathie, Eli Esseriam réussit le pari de captiver son lecteur et de l’enchaîner à la croisade des quatre Cavaliers de l’Apocalypse : Alice serait la première d’entre eux et l’auteur nous dévoile bien peu de choses sur ses camarades.  De quoi nous donner l’envie d’en découvrir davantage avec cette saga qui, d’entrée de jeu, s’annonce palpitante.  Un grand merci à Book en Stock et aux Editions Matagot Nouvel Angle pour cet excellent moment de lecture



En guise de conclusion, un petit rappel : Dup et Phooka accueillent en ce moment le mois d'Eli Esseriam, l'occasion de poser toutes vos questions ou de suivre l'interview participative.

vendredi 16 novembre 2012

Défendre Jacob de William Landay


Lecture en partenariat avec Livraddict et 
un grand merci à tous deux pour cette lecture passionnante !

Le résumé de l'éditeur


Depuis vingt ans, Andrew Barber est procureur adjoint du comté de Massachusetts. Admiré par ses pairs pour sa combativité au tribunal, respecté de la communauté, il est aussi un père de famille heureux, veillant sur sa femme Laurie et leur fils Jacob. Quand un crime atroce secoue la quiétude de sa petite ville, c'est la foudre qui s'abat sur lui : son fils de 14 ans est accusé du meurtre d'un camarade de classe. Andrew ne peut croire à la culpabilité de Jacob et va tout mettre en oeuvre pour prouver son innocence. Mais à mesure que les indices à charge s'accumulent et que le procès approche, certaines révélations surgies du passé sèment le doute et menacent de détruire son mariage, sa réputation et sa foi en la justice. Le dos au mur, Andrew devra faire face au pire dilemme de sa vie : choisir entre la loyauté et la vérité pour défendre cet adolescent qu'il connaît si mal.

Avis


Pour Andrew Barber, procureur adjoint du comté de Massachusetts, un meurtre est toujours un drame et lorsqu’il touche un enfant, il est d’autant plus atroce.  Surtout que la victime est un camarade d’école de son fils, Jacob et que le crime a eu lieu à proximité de son domicile, dans un bois fréquenté de tous. 
Chargé de l’enquête, Andrew tâtonne : un suspect semble se profiler mais en marge de ses investigations, Andrew découvre peu à peu que son fils n’est peut-être pas celui qu’il croyait.  Sous ses dehors d’adolescent taciturne et solitaire, Jacob semble cacher une personnalité sombre et insaisissable. 

Néanmoins, a-t-il un rapport quelconque avec le crime ?  Tout semble l’accuser et Andrew est dessaisi de l’affaire.  Lorsque Jacob est inculpé, le moment est venu pour lui de faire front et d’affronter un lourd passé familial.

William Landay signe ici un thriller implacable : il nous invite à entrer dans la salle d’audience et à suivre le procès de Jacob Barber, accusé du meurtre d’un camarade.    Ce procès occupe toute la scène, le lecteur y découvre l’appareil judiciaire aux Etats Unis, les doutes et les angoisses des intervenants, les hésitations des témoins, …  L’auteur s’attarde sur la psychologie des personnages, plus que sur l’action et les rebondissements.  Il dresse ainsi un intéressant portrait de cette famille, mise au ban des accusés.  Il s’intéresse également aux victimes, aux amis, …  On sent qu’une fois le verdict tombé, rien ne sera plus pareil.

Au fil des développements de l’affaire, la tension s’installe et le lecteur en vient à douter, à tourner les pages plus vite également…  pour découvrir une fin dont je ne dirai rien, si ce n’est qu’elle donne toute sa saveur à ce roman captivant. Une excellente découverte pour laquelle je remercie Livraddict et
.






Logo Livraddict

mercredi 14 novembre 2012

Dear George Clooney, tu veux pas épouser ma mère ? de Susin Nielsen

 
La présentation de l'éditeur :

 
Maman est arrivée avec un DVD et un sac de nourriture thaïe de chez Saswadee, comme tous les vendredis soir. Rosie a étalé une couverture devant la télévision, et j'ai disposé le repas dessus. C'était notre habitude immuable, toutes les semaines, et j'adorais ça. Car voyez-vous, le vendredi soir est la Soirée officielle des Femmes Gustafson. C'est LE soir de la semaine où maman est toujours libre pour rester avec Rosie et moi. Pas de rencards, pas d'invités, pas même Phoebe, Karen ou Amanda. Rien que nous trois. Donc, hier soir, nous étions à une demi-heure du début d'Ocean's Eleven, avec George Clooney, quand le téléphone a sonné. Nous ne sommes pas censées répondre au téléphone pendant la Soirée officielle des Femmes Gustafson.

Mais quand maman a vu le numéro, elle a pourtant décroché...

Violette a une mère qui ne sort qu'avec des losers depuis son divorce. Violette n'en peut plus, mais sa mère a désespérément envie de refaire sa vie et continue à accepter de nouveaux rendez-vous. Ce soir-là, le rendez-vous s'appelle Dudley Wiener, illico surnommé la Saucisse. Il adore les vide-greniers et les blagues nulles, et ne plaît pas DU TOUT à Violette qui décide de prendre les choses en main. Elle va donc écrire à George Clooney pour lui demander un petit service et filer Dudley : si la Saucisse a un cadavre dans son placard, elle le trouvera !

Avis :


Pour Violette, treize ans, la vie n’est pas simple : difficile pour elle d’accepter le divorce de ses parents et la vie qui va avec…  D’une part une maman qui s’habille comme une ado, cherche à refaire sa vie et à bien du mal à nouer les deux bouts.  D’autre part un papa qui a fondé une nouvelle famille et mène une vie de rêve à Los Angeles.  D’un côté comme de l’autre, la pilule a du mal à passer pour Violette et elle entend bien y mettre bon ordre !  

A commencer par les amoureux de sa mère qui ne sont pas du tout à son goût…  L’élu du moment, Dudley Wiener, n’a qu’à bien se tenir.  Violette est bien décidée à le percer au grand jour et à trouver pour sa mère un homme qui ferait un père de substitution convenable.  George Clooney par exemple !

Au départ d’un sujet plutôt douloureux, le divorce, Susin Nielsen nous raconte une histoire plaisante et amusante.  Lucide et réaliste, son récit nous emmène à la suite de Violette et de ses amis, sur la piste de Dudley et de ses terribles secrets.  En douceur et légèreté,  elle passe en revue le quotidien des familles séparées et des soucis qui en découlent.  De la même manière, elle ne cache rien des difficultés de l’adolescence et de son mal-être.  Violette est une héroïne décidée, volontaire mais qui a parfois du mal à s’assumer et à s’imposer.  Pas facile de se découvrir jeune ado et d’apprécier cette découverte !  Heureusement les amis sont là, en renfort. 

A travers la quête de Violette et ses improbables projets, j’ai découvert une histoire légère,  sensible et j’ai passé un excellent moment.  Il y a longtemps que ce titre était dans ma wish-list et mes attentes n’ont pas été déçues.  Un roman à la hauteur de sa présentation : tendre et amusant !

 






dimanche 11 novembre 2012

En vrac...



En ce moment, chez Dup et Phooka, le mois de novembre est le mois de Eli Esseriam. 

Une présentation de ses Cavaliers de l'Apocalypse, à travers les chroniques, et une interview participative sont au menu.  N'hésitez pas !







A l'approche des fêtes, Syl nous propose un bricolage en commun : une couronne de Noël à réaliser au fil des semaines.

Pour plus de détails, filez lire son billet de présentation et venez nous rejoindre.



Kisstelle nous propose sur son blog, Les créas de Kisstelle, un univers coloré et enjoué.  Au fil de l'année et des événements qui rythment sa vie familiale ou celle de sa classe, elle nous propose des créations personnalisées gaies et originales.  J'ai un petit faible pour son doudou hibou !  Elle fête ses trois ans sur la blogosphère avec un concours que vous pouvez découvrir ici

vendredi 2 novembre 2012

Discordance d'Anna Jörgensdotter

Lecture en partenariat avec Livraddict et les éditions JC Lattès  : un grand merci à tous deux pour cette découverte !

La présentation de l'éditeur :

Cinq frères et sœurs grandissent dans une petite communauté suédoise au pied du mont Kungsberg : deux frères, Edwin et Otto, et trois sœurs, Karin et Sofia, qui restent inséparables jusqu’à ce que l’amour puis la mort les sépare, tandis qu’Emilia sillonne les rues à bicyclette en rêvant d’évasion.

Tout commence en 1938, lorsqu’une maison prend feu, celle de Mlle Filipsson, femme singulière venue d’on ne sait où. Edwin est le seul à la pleurer. Un an plus tard, c’est l’Europe entière qui s’embrase. Le jour même de l’invasion de la Pologne, une petite fille naît, et Karin, sa mère, agonise… Chacun des membres de la fratrie poursuit sa vie, entre rêves et désillusions.

Au long de deux décennies, Anna Jorgensdötter nous livre un roman choral semé d’amour et de drames, marqué par les disparités entre hommes et femmes dans une société en mutation.

Avis :


1938, la guerre s’annonce en Europe.  En Suède, les enfants Steen approchent de l’âge adulte.  Pour Edwin, Otto, Karin, Sofia et Emilia, la jeunesse se passe entre contes, jeux et amourettes.  Peu à peu, la vie les sépare : Karin épousera bientôt Max, Emilia s’apprête à découvrir un nouveau travail, …  Il incombe à chacun d’entre eux de trouver sa place dans une existence parfois âpre.  Au fil des ans, l’auteure nous invite à suivre le parcours de ces frères et sœurs en Suède.  Elle nous livre leurs amours, leurs soucis, leurs déceptions et dresse ainsi, sur deux décennies, le portrait d’une famille.  En toile de fond, la société suédoise change et le quotidien se transforme.

Durant vingt ans, Anna Jörgensdotter suit les membres de la famille Steen et nous relate les petits et grands moments de leur vie.  Chacun est touché par les mêmes événements mais de manière différente.  Au centre de l’ouvrage : le deuil, la nostalgie, l’amour, les espérances, …   Autant d’éléments qui affectent  la vie de tous et lui donnent une teinte particulière.  A souligner également, la place des hommes et des femmes qui, au fil du récit, se modifie et bouleverse la société.

D’un bout à l’autre du roman, l’auteure adopte un style plutôt décousu mais qui, selon moi, confère une grande vitalité au récit.  De la même manière, elle s’attache tantôt à l’un, tantôt à l’autre membre de cette fratrie.  Entre les frères et sœurs, elle choisit de fixer son récit sur l’un ou l’autre protagoniste.  Ce qui n’empêche de retrouver les autres membres de la famille en coulisses.  Elle nous livre des caractères forts, riches, denses que j’ai pris grand plaisir à suivre au cours de ces vingt années.   Ainsi, elle dresse une fresque familiale à laquelle chacun collabore et apporte sa petite part d’humanité et de sensibilité.  Un très joli roman que je vous invite à découvrir et pour lequel je remercie chaleureusement Livraddict et les éditions JC Lattès.
Logo Livraddict

lundi 22 octobre 2012

Les cupcakes

Ma nouvelle participation au challenge Les livres gourmands de Syl est une aventure familiale et même plus...  Je m'explique : pour financer leur voyage de rhétos, mon aînée et ses copines de classe ont décidé de vendre des pâtisseries à l'école.  Divers groupes se sont ainsi créés et ma fille participe à la réalisation des cupcakes.  J'ai donc testé les recettes et divers mélanges et de temps à autre, comme d'autres parents, je prête ma cuisine à une équipe d'apprentis pâtissiers.
Nous avons consulté différents ouvrages, tant pour la base, les mélanges, le décor, avant de nous arrêter sur la recette suivante :
 
Pour la base
Ingrédients (pour 12 cupcakes) :
250 g de farine - 1 sachet de levure - 2 œufs - 200 g de sucre - 125 g de beurre mou - 1,5 dl de lait tiède - 1 sachet de sucre vanilliné ou 1 zeste de citron ou 100 g de cacao
Préparation :
Tamisez la farine et la levure.
Ajoutez les œufs au centre de même que le sucre, le beurre et le lait.
Travaillez jusqu'à l'obtention d'une pâte lisse.
Ajoutez l'arôme.
Versez dans des petites caissettes pour cupcakes ou des moules individuels.
Cuire au four, thermostat 6 1/2 pendant 10 minutes, environ.
 
Pour les différentes versions
Version Schockobon (d'après une recette de Miss Chocorêve): Remplir les caissettes à la moitié environ et ajouter 1 Schockobon par caissette puis le recouvrir avec de la pâte (pour remplir la caissette aux 3/4).  Décorer de glaçage au beurre.
 
Version Nutella : Remplir les caissettes à la moitié environ et ajouter  une cuillère de Nutella par caissette puis recouvrir avec de la pâte jusqu’aux 3/4d e la caissette. Décorer de glaçage au beurre.
Version vanille – citron : Ajouter du sucre vanillé à la pâte et garnir ensuite d’un glaçage au citron.
 
Version chocolat – caramel au beurre salé : Ajouter du cacao à la pâte et faire cuire.  Après cuisson, faire un trou dans le petit gâteau, déposer une cuillère de caramel au beurre salé et refermer soigneusement.  Garnir de glaçage au chocolat.
Pour le glaçage
 
Le glaçage au beurre : pour un poids de beurre mou, comptez le double de sucre glace, ajoutez du colorant si vous voulez ! Pour glacer une douzaine de cupcakes, travaillez au batteur électrique ou au robot 100 g de beurre avec 200 g de sucre glace. Vous pouvez ajouter ensuite de l’extrait de café, de la vanille, du cacao en poudre, …
Le glaçage blanc de base : c’est le plus rapide et le plus facile à faire, il n’y a pas besoin de poche à douille.  C’est un mélange de sucre glace, de blanc d’œuf et d’un peu de jus de citron auquel on ajoute du colorant ou un arôme.
 
Le glaçage au chocolat : Faites fondre du chocolat dans un bain marie, ajoutez un peu de lait et nappez-en chaque cupcake.
Pour la touche finale, laissez libre cours à votre imagination et décorez selon votre goût.  Voici par exemple notre version Halloween...