"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

jeudi 31 mars 2011

Swap : mon colis et bien plus !

Le déballage du swap " Lecture, thé et chocolat, drogues du Livraddictien " organisé par Marmotte, avait une saveur un peu particulière et ceci n'avait rien à voir avec son thème si inspirant !




Il s'agissait d'un swap en chaîne; pour ma part, je devais envoyer un colis à Latite06 et ma swappeuse était Tristhenya. Rien d'extraordinaire jusqu'ici, me direz-vous...

Mais, pur hasard ou sagacité de l'organisatrice ... Tristhenya et moi habitons la même ville ! En gros, 5 minutes nous séparent... C'est pourquoi, durant nos échanges sur le forum pour la préparation du swap, nous avons décidé de nous rencontrer pour la remise du colis et de donner un tour moins virtuel à ce swap.

Les impératifs des vacances (si, si !), du boulot, des microbes surmontés, j'ai rendu visite à Tristhenya en début de semaine et nous avons passé un bon moment à papoter, autour de chocolat bien sûr : une découverte bien agréable en la personne de Laurie et de sa maman, pas mal de points communs (malgré la différence d'âge ;) ), gage de futures rencontres bien sympathiques !



Outre ces agréables moments, je suis donc rentrée à la maison lestée d'un beau colis, joliment coloré, décoré de tasses et de théieres et agrémenté de petits mots...




Tristhenya avait bien étudié mon cas et m'avait préparé un magnifique colis :










  • une série de marque-pages, tous plus beaux les uns que les autres,

  • de délicieux chocolats aux goûts plus que tentants, citron-gingembre, framboise, manon (mon préféré !)

  • une énorme et superbe boîte à thé bien remplie,

  • un mug décoré d'un extrait de Baudelaire pile dans l'esprit du swap,

  • deux livres : La maison aux souvenirs de Nora Roberts car j'avais indiqué avoir envie de roman épistolaire et Fablehaven de Brandon Mull, tiré de ma LAL, un exemplaire magnifique, avec coffret et porte mystérieuse !


  • Vous l'aurez compris, ce swap m'a comblée, à tous niveaux ! Un tout grand merci à Marmotte pour cette belle organisation, également à Tristhenya tous mes remerciements pour ce gros colis : " tu m'as bien gâtée et à bientôt"...

    mercredi 30 mars 2011

    Chenxi et l'étrangère de Sally Rippin

    Quatrième de couverture : Chine‚ 1989. Anna White‚ 18 ans‚ vient passer quelques semaines de vacances auprès de son père‚ un important homme d’affaire en mission à Shangai. La jeune fille se cherche et profite de ces vacances pour suivre des cours de peinture traditionnelle chinoise. Son père a délégué un jeune étudiant pour la guider‚ servir d’interprète et veiller sur elle: Chenxi. Anna est rapidement envoûtée par cet étudiant mystérieux‚ qui semble toujours fuir‚ se soustraire aux règlements et qui pratique en secret un art d’un tout autre genre que l’art officiel. Anna et Chenxi tombent amoureux. Anna croit tout comprendre mais tout lui échappe‚ elle ne perçoit pas les dangers qu’elle fait courir au jeune homme. Lorsqu’elle découvre qu’elle est enceinte‚ Chenxi a disparu. Quelques semaines plus tard‚ rentrée en Australie‚ elle découvre les images de la place Tiananmen. Chenxi n’est pas une simple histoire d’amour‚ c’est l’histoire de deux cultures qui se rencontrent mais ne se rejoindront jamais.

    Avis : "Chenxi et l’étrangère" est un roman jeunesse qui m’a été récemment conseillé par ma fille. Se basant sur son vécu, l’auteur nous relate le séjour d’Anna, une jeune Australienne qui désire s’initier à l’art de la peinture. Elle vient donc passer quelques semaines à Shanghai auprès de son père qui y travaille. Chenxi, un jeune étudiant en art, lui sert d’interprète au cours de son séjour. D’emblée, Anna est attirée par son guide, qui ne semble pourtant pas se préoccuper d’elle. Petit à petit, une histoire improbable se noue entre l’artiste torturé et la jeune expatriée qui fait figure de privilégiée. Au fil des jours qui la sépare de son retour au pays, la jeune fille découvrira qu’en Chine, il ne faut pas se fier aux apparences et qu’il vaut mieux être prudent dans ses idées qu’elles soient exprimées à voix haute ou non, et même dans son journal intime…

    Les événements décrits dans ce livre semblent se dérouler quelques jours avant le soulèvement estudiantin de la place Tian’anmen et le massacre qui suivit. Sally Rippin s’inspire des mois qu’elle-même a vécus à Shangai et ses propos, publiés en fin d’ouvrage, replacent cette histoire dans son contexte d’origine et aident à comprendre pourquoi l’auteur a mis presque vingt ans à écrire ce roman. Sa description de la Chine, de sa pauvreté, des barrières entre autochtones et expatriés, de la méfiance de chacun donne une profondeur et une dimension très intéressante à cette histoire d’amour impossible.

    jeudi 24 mars 2011

    Un petit nouveau dans la famille ...

    avec l'arrivée d'un loup cool venu tout droit de La cabane de Mavada.

    Il y a quelques semaines, ce blog fêtait son premier anniversaire et Edwige, sa talentueuse créatrice, proposait un concours surprise. Concours que j'ai eu la chance de remporter, la surprise étant un loup cool, ma création préférée !

    Mon loup vient d'arriver en Belgique et je ne résiste pas à l'envie de vous le présenter... Bonne bouille, non ?

























    Un grand merci à Edwige, pour ce magnifique cadeau : ce loup est vraiment superbe ! Toutes ses créations sont d'ailleurs magnifiques... Dire que cette talentueuse créatrice a appris utiliser sa machine à coudre il y a un an à peine, le résultat est époustouflant !

    Pour le mot de la fin, je lui laisse la parole, voici comment elle décrit son univers :


    Dans ma cabane il y a ....

    Revenir en enfance et rêver.. un panel de petites réalisations et créations qui enchanteront les petits comme les grands
    .

    C'est tellement vrai !

    Attention : un swap peut en cacher un autre...

    Vu le retard pris dans la rédaction de mes billets, les swaps s'enchaînent sur ce blog : il me faut donc vous parler aujourd'hui du swap papeterie organisé par Alex en vrac.

    Pour l'occasion, le hasard m'avait attribué comme binôme Cidou55 avec qui j'ai noué de sympathiques contacts. Nous avions même organisé un déballage synchro...

    En voici le résultat :





    Un très joli colis, parfaitement adapté à mes goûts : un cahier Rebecca Dautremer dont j'aime beaucoup le style, un bic Parker très coloré, d'une marque qui me convient bien, et que j'ai adopté sur le champ, un plumier Ben, garanti sans faute, des stylos de couleur, un magnifique agenda, un marque-page très mignon, un joli ensemble de papier à lettres et des produits pour le bain Lush, histoire de se détendre... Ma swappeuse m'a vraiment bien comprise !

    Un tout grand merci à Cidou55 pour ce très beau colis et à Alex en vrac pour cette organisation !

    mercredi 23 mars 2011

    The sorting swap : mon colis



    Un peu de magie n'ayant jamais fait de mal, je n'ai pas hésité un instant à m'inscrire au swap consacré à Harry Potter organisé de main de maître par Filipa. Le sort m'avait attribué comme swappeuse Emilie pour ce thème plein de fantaisie. Les fans de sorciers ne manquent pas à la maison et lorsque mon colis est arrivé, toute la famille était en effervescence... Le déballage s'est donc fait en communauté, pour le plus grand bonheur de tous !

    Dès l'ouverture, un vent de fraîcheur a soufflé grâce au sortilège d'atmosfera primavera qu'Emilie maîtrise sur le bout des doigts : couleurs vives et fleurs donnaient au colis un bien agréable air de printemps... Sans oublier la touche finale avec les commentaires de ma swappeuse, effet magique assuré!

    Les nombreux paquets déballés, une ambiance magique s'était installée dans la maison !

    Les livres :

    • Harry Potter and the Prisoner of Azkaban, mon volume préféré que je n'ai lu jusqu'ici qu'en français !
    • Le Quidditch à travers les âges
    • Les Animaux fantastiques
    • City of Bones de Cassandra Clare, une trilogie à laquelle je devrais succomber à coup sûr d'après Emilie



      Les gourmandises
      :

      • Du thé à la menthe,
      • Des grissini,
      • Des chocolats,
    • Des bonbons anglais





    Les goodies :

    • Un mug Gryffondor !
    • Des boucles d'oreille que j'ai adorées et adoptées sur le champ ! J'aime beaucoup les chouettes et les boucles d'oreille sont les rares bijoux que je porte au quotidien ! A coup sûr, Emilie a suivi avec assiduité les cours du professeur Trelawney!
    • Un carnet pour les courses sur le Chemin de traverse,
    • Des graines, histoire de prolonger l'effet du colis, une très chouette idée !
    • Un système magique pour suspendre les photos animées



    Avec un peu de retard (j'avoue, j'ai encore quelques progrès à faire avec mon retourneur de temps), un tout grand merci à Emilie pour ce superbe colis et à Filipa pour l'organisation de ce swap magique !

    mardi 22 mars 2011

    Les vampires Argeneau : L'amour m'a tuée de Lynsay Sands



    Lecture en partenariat avec Livraddict et les éditions Milady : un grand merci à tous deux pour cette lecture !


    Quatrième de couverture :

    Étienne Argeneau se trouve dans une situation bien délicate. Il a transformé en vampire une jeune femme qui lui a sauvé la vie afin de lui rendre la pareille.

    Seulement, voilà : les vampires ne peuvent « infanter » qu’une seule personne dans leur longue existence. Par conséquent, il est de coutume d’en faire bénéficier l’âme soeur.

    Étienne ne l’a toujours pas rencontrée après trois cents ans de célibat et il doute que la séduisante Rachel Garrett soit disposée à jouer un tel rôle, ou même qu’elle en ait l’étoffe… quelle que soit leur attirance réciproque.

    Avis :

    C’est un peu par curiosité que je suis « entrée dans la famille Argeneau » : n’étant pas spécialement amateur de bit-lit, ce sont la couverture et le résumé qui m’ont intriguée et décidée à tenter ma chance pour ce partenariat Livraddict-Milady.

    Rachel est légiste et n’apprécie plus trop de travailler la nuit. Surtout quand elle est grippée… Dès lors, le jour où le cadavre, un séduisant inconnu aux yeux gris argenté, dont elle s’occupe se révèle en parfaite santé, elle pense délirer et met en cause son état fiévreux…

    Voici donc le début de la romance entre Rachel et Etienne Argeneau, vampire de son état. Quelques péripéties plus tard, Rachel, transformée en vampire par Etienne, doit accepter cette nouvelle condition, faire face à ses préjugés, échapper à un fou furieux, …

    Ce second tome des Vampires Argeneau se lit rapidement, facilement. Les héros sont plutôt agréables à côtoyer, la famille Argeneau est soudée autour de ses membres, accueillante, les vampires n’ont finalement que de bons côtés… Le personnage de Thomas est même très sympathique avec son côté potache et cœur d’artichaut. L’esquisse d’un mauvais garçon dont on aimerait lire la suite des aventures… A noter également, l’humour omniprésent : les situations sont souvent très cocasses, voire carrément comiques pour certaines scènes chaudes !

    Pourtant à y regarder de plus près, l’ouvrage regorge de clichés : psychopathe caricaturé, amours compliquées, … L’auteur n’entretient pas de véritable suspense et d’un bout à l’autre de l’ouvrage, le lecteur devine aisément la suite de l’histoire tant l’intrigue est transparente et les rebondissements absents.

    Dans l’ensemble, j’ai plutôt apprécié cette lecture et j’ai passé un bon moment avec la famille Argeneau. « L’amour m’a tuée » est un roman assez sympathique, à lire sans prise de tête, ni prétention. Ceci étant établi, il assure un bon moment de lecture pour lequel je remercie chaleureusement Livraddict et les éditions Milady.

    vendredi 18 mars 2011

    De l'eau pour les éléphants de Sara Gruen



    Lecture en partenariat avec Livraddict et Le Livre de Poche que je remercie vivement pour cette découverte !

    La note de l'éditeur :

    Ce roman pas comme les autres a une histoire exceptionnelle : en quelques mois, il a fait d’un auteur inconnu un véritable phénomène d’édition, le coup de coeur de l’Amérique.

    Durant la Grande Dépression, dans les années 1930, les trains des petits cirques ambulants sillonnent les États-Unis. Jacob Jankowski, orphelin sans le sou, saute à bord de celui des frères Benzini et de leur « plus grand spectacle du monde ». Embauché comme soigneur, il va découvrir l’envers sordide du décor. Tous, hommes et bêtes, sont pareillement exploités, maltraités.

    Sara Gruen fait revivre avec un incroyable talent cet univers de paillettes et de misère qui unit Jacob, Marlène la belle écuyère, et Rosie, l’éléphante que nul jusqu’alors n’a pu dresser, dans un improbable trio.

    Plus qu’un simple roman sur le cirque, De l’eau pour les éléphants est l’histoire bouleversante de deux êtres perdus dans un monde dur et violent où l’amour est un luxe.

    Avis :

    Avec « De l’eau pour les éléphants », Sara Gruen nous propose une remontée dans le temps en compagnie de Jacob, un vieillard grincheux qui s’ennuie dans sa maison de retraite. C’est l’arrivée d’un cirque, une distraction bienvenue pour les pensionnaires, qui servira de catalyseur et amène Jacob à nous livrer quelques mois de sa jeunesse.

    Dans le début des années trente, Jacob est un étudiant sans histoire, en passe d’obtenir son diplôme de vétérinaire. Un accident de voiture donnera un tout autre visage à sa vie : devenu orphelin, sans foyer et sans un sou en poche, le jeune homme saute, sans réfléchir, à bord d’un train en marche et embarque, sans le savoir, dans le convoi du cirque Benzini, un de ces cirques ambulants qui sillonnent les Etats Unis. Grâce à ses connaissances des bêtes, Jacob est engagé dans la ménagerie du cirque et découvre un univers de magie et de paillettes, de brutalité et de misère, …

    L’auteur retrace à merveille l’Amérique de la Grande Dépression, cette époque morose et cruelle. Le lecteur est lui aussi embarqué dans le train du cirque Benzini : les photos d’époque qui jalonnent le texte ajoutent encore à la réalité du voyage, un vrai bonheur !

    A travers le parcours de ses protagonistes, sympathiques ou détestables mais toujours touchants, Sara Gruen nous offre une merveilleuse histoire d’amour, d’amitié mais surtout d’humanité.

    Agréablement construit, alternant le présent de Jacob et sa jeunesse, ce récit émouvant se clôt sur une note que j’ai trouvée plutôt inattendue mais finalement au diapason de cette belle histoire. Un grand merci à Livraddict et au Le Livre de Poche pour cette véritable lecture coup de cœur !

    mercredi 16 mars 2011

    La radio des blogueurs : C'est le printemps !



    Avec les premiers beaux jours, Leiloona nous propose une nouvelle version de sa Radio des Blogueurs, dédiée cette fois au soleil et aux airs qui donnent la pêche.

    A cette occasion, j'ai choisi une chanson aux sonorités délicieusement ensoleillées : Horchata de Vampire weekend, dépaysement assuré !

    Une mémoire en papier de Pierre-Marie Fenech



    Lecture en partenariat avec Blog-o-Book et Mon Petit Editeur que je remercie pour cette découverte !

    Le résumé de l’éditeur :

    Un miracle se produisit. Parce que je ne me forçais plus à écrire, la petite musique de mon histoire revint tout doucement, comme une eau redevient claire quand on a cessé de patauger dans la vase. Il s’agissait de finir ce que mes parents avaient commencé, et cela pouvait encore s’accomplir dans un livre. Entre la réalité et le néant, les morts y revivaient, partageaient leurs émotions avec les vivants; il y avait dans cet espace illusoire comme une résistance contre l’anéantissement. Les lettres de mon père, décrivant avec soin et précision ce qu’il n’avait d’ailleurs jamais eu le courage de me raconter, en fournissaient le matériau solide. Quant à celles de ma mère qui luttait contre la mort, son talent y explosait, dépassant et transcendant l’angoisse qui l’étreignait. Sa force d’expression m’avait submergé dès la première lecture, tant l’émotion qui en jaillissait tenait dans un incroyable mélange de dignité, d’élégance et de légèreté. Cette fragile mémoire en papier m’a donné le courage d’écrire ce livre, et de vivre une histoire au-delà de ce qui se brisa un jour de septembre 1960.

    Avis :

    Une mémoire en papier est un livre né des hasards de l’existence. A la mort de son père, Pierre-Marie Fenech découvre une boîte contenant des photos et des lettres datant de sa petite enfance. Il mettra du temps avant d’ouvrir le coffret et de prendre connaissance de son contenu. Il se trouve alors face à un pan de sa vie dont il ignore tout.

    Orphelin de mère depuis l’âge de quatre ans, il découvre alors à travers cette correspondance celle dont sa mémoire a occulté tout souvenir : éloignée de ses hommes par la maladie, elle couche sur papier son quotidien, s’inquiète de son petit garçon, de ses plantes, … Les lettres du père, parfois accompagnées d’un dessin, voire d’un mot du petit Pierre, lui répondent dans le même registre. Amorcée lors du séjour de Germaine à l’hôpital, cette correspondance continuera durant sa convalescence auprès de sa famille.

    Malgré la gravité du sujet, cette lecture n’est jamais pesante : le style de l’auteur est léger, agréable à lire, les missives échangées par Jean et Germaine sont ancrées dans la vie quotidienne, tournées vers l’avenir qui, espèrent-ils, les réunira.

    C’est néanmoins par un avis en demi-teinte que je clos cette lecture : si j’ai pris plaisir à lire les lettres échangées entre les parents de l’auteur, je suis plus mitigée et je m’interroge sur les réflexions de l’auteur qui ne reposent finalement que sur des suppositions : quelle est la part de réalite ? Quelle est la part de fiction ? Ne pouvant se fier à sa mémoire et n’ayant pas de témoin direct à interroger, Pierre-Marie Fenech comble le vide de son enfance et nous offre un récit intimiste auquel je suis restée un peu étrangère.

    jeudi 3 mars 2011

    T'as vu ta PAL ?



    Impitoyable et d'une précision redoutable, Syl m'a taguée sur un sujet sensible : ma PAL. L'objectif est donner un aperçu de notre PAL, notre coin lecture favori et notre bureau.

    La réponse en images :


    Tentative récente de domestication de PAL...








    Tentative qui a visiblement échoué...





    Ma PAL portative : le premier bagage que je prépare à l'approche des vacances...







    Un coin agréable pour la lecture ou les insomnies !







    Mon squat : un coin de table ! J'ai pourtant un bureau bien à moi...

    A mon tour de passer le relais : Tristhenya, Azilys, Val, Sofy, Ismérie, la balle est dans votre camp !

    mardi 1 mars 2011

    La conspiration du temple de Steve Berry



    Un grand merci à Blog-o-Book et aux éditions Pocket pour cette lecture en partenariat !


    Le résumé de l'éditeur :



    La ministre suprême de la jeune Fédération d'Asie centrale a des rêves de grandeur : depuis sa capitale Samarcande, elle veut envahir ses voisins afghans et iraniens. Mais pour lancer les opérations militaires, il lui faut réunir les huit décadrachmes de Poros, ces médaillons frappés à l'époque d'Alexandre le Grand. Comment huit pièces archéologiques pourraient mettre l'Asie centrale à feu et à sang ? C'est l'énigme que doit résoudre Cotton Malone, ex-agent du ministère de la Justice américaine, tandis que, dans l'ombre, une organisation secrète prépare en silence un complot terrifiant...

    Avis :

    Amorcée par un plongeon dans l’histoire avec Alexandre le grand, "La conspiration du Temple" entraîne le lecteur à la suite de Cotton Malone, héros récurrent de Steve Berry. J’ai personnellement découvert, grâce à ce partenariat, l’univers de Steve Berry et ses personnages mais ils semblent avoir déjà vécu d’autres aventures mouvementées. Cette fois donc, ce sont huit pièces antiques, les décadrachmes de Poros qui marquent l’entrée de Malone dans la danse : depuis quelques temps, ces antiquités, propriétés de musées ou de collectionneurs privés, font l’objet de vols et les amis de Malone, Henrik Thorvaldsen et Cassiopée Vitt, font appel à ses services pour découvrir qui tire les ficelles en coulisse et dans quel but. Leurs investigations les amèneront à croiser la route d’Irina Zovastina, ministre suprême de la fédération d’Asie centrale, qui rêve de dominer le monde et d’Enrico Vincenti, un homme d’affaires aux motifs tout aussi méprisables…

    Mon ignorance des aventures précédentes des héros n’a en rien gêné ma lecture du roman. Un autre point qui aurait pu s’avérer gênant est le recours de l’auteur à des éléments historiques détournés ou fictifs. Néanmoins, l’auteur utilise d’autres faits nés visiblement de son imagination, comme la prétendue Fédération d’Asie centrale et ces miraculeuses bactéries appelées archaea. Sachant cela, il me semble que le lecteur hésite à prendre pour argent comptant les divers faits historiques avancés. D’ailleurs, en fin d’ouvrage, l’auteur passe au crible son roman et fait la part du vrai et du faux, effaçant ainsi le doute dans l’esprit du lecteur. Par contre, j’ai déploré le caractère accessoire des décadrachmes : leur disparition donne naissance à toute cette histoire, leur quête semble primordiale et en fin de compte, c’est à peine si l’auteur explique l’importance de ces médaillons… Mais j'avoue qu'il sa'git là d'un détail !

    Blackboulant son lecteur d’un bout à l’autre du globe, alternant meurtres et incendies, insérant des passages historiques, Steve Berry assure à son récit un rythme effréné et haletant. "La conspiration du temple " est un roman qu’il est difficile de refermer une fois ouvert. Un thriller passionnant et efficace, merci encore à Blog-o-Book et aux éditions Pocket !